15 leçons de sagesse par Christophe André pour vivre (plus) heureux

sagesse-christophe-andre

15 leçons de sagesse par Christophe André pour vivre (plus) heureux

mediter-jour-apres-jour

1.Vivre, c’est vivre l’instant présent

 

2. Il y a d’énormes bénéfices à prendre conscience de sa respiration, à juste lui prêter attention quand on est heureux et malheureux

 

3. Le travail de la pleine conscience sur les pensées consiste à prendre conscience du bavardage irrépressible de l’esprit et à revenir tranquillement au souffle, puis à l’observation des pensées.

 

4. Lorsque je suis troublé(e), contrarié(e), inquièt(e), surtout ne passer à autre chose pour m’en libérer, me soulager. Au contraire, si j’ai le temps, observer ce qui se passe en moi.

 

5. Les exercices de pleine conscience, et surtout les centaines de « sorties d’exercice » et les centaines de « retours à l’instant présent » représentent un entraînement mental exceptionnel.

 

6. Se rendre sensible et présent à ce que l’on ne regarde plus, se laisser toucher par le quotidien, inviter le monde en nous. Il n’y a que trois conditions : le vouloir, le permettre et le faire.

 

7. Chaque jour et chaque semaine, pratiquer des exercices de « rien que » : rien que manger (un repas en pleine conscience), rien que marcher (un trajet sans réfléchir ni anticiper), rien que se brosser les dents (sans songer à la journée qui nous attend ou que nous avons vécue).

 

8. Le message de la pleine conscience est simple : si c’est trop difficile de de se détacher de nos obsessions et ruminations, alors renonçons à expulser les pensées douloureuses par la volonté et élargissons plutôt le champ de la conscience à tout le reste de notre expérience de l’instant présent. Ne pas laisser tout l’espace mental aux obsessions et ruminations, et les diluer dans le plus vaste contenant possible : la conscience élargie à l’infini.

 

9. Quand on souffre beaucoup, qu’on est très malheureux, on se coupe du monde. Plus on souffre et plus on doit s’assurer de rester en lien avec tout ce qui nous entoure. La souffrance est toujours aggravée et prolongée par la rupture et l’éloignement, la rétractation sur nous-mêmes. Quand je me sens malheureux/se, je continue de rester sensible à la beauté du monde. Même si elle ne me soulage pas, même si elle ne m’aide pas tout de suite. A un moment, tout basculera et, à sa manière, le monde m’aidera ou me sauvera.

 

10. Parfois, on va tellement mal qu’on doit se réfugier dans l’action seule. Sans réfléchir. Aller marcher, jardiner, ranger, bricoler, travailler. Agir non pas pour s’évader mais pour parce qu’on ne peut rien faire d’autre et que, si on ne fait rien, on coule.

 

11. En pratiquant les exercices de pleine conscience régulièrement, on sera tout aussi régulièrement confronté à la faiblesse, à l’impuissance, aux ruminations mentales, aux émotions et sensations qui font mal. Mais en décidant de rester là, présent aux émotions et conscient, on va apprendre à tolérer ce sentiment d’être parfois débordé et sans contrôle.

 

12. Le bonheur est indissociable du malheur, la vie ne manquera pas de nous confronter au tragique et au désarroi, alors autant ne pas rêver ou fantasmer sur un bonheur parfait et permanent. Mais appendre à savourer le bonheur par petits bouts, préserver les petits bonheurs même et surtout dans l’adversité.

 

13. La pleine conscience ne nous recommande pas de nous couper du monde ou d’adopter des postures distanciées de tout. Elle nous invite à poursuivre des buts sans se confondre avec eux, à faire de notre mieux sans assujettir nos efforts (qui dépendent de nous) aux résultats (qui ne dépendent pas que de nous). C’est l’accomplissement personnel qui nous intéresse et le fait de penser la vie en expériences qui nous construisent.

 

14. Nos élans d’affection pour nos proches et moins proches gagnent à être exprimées par des gestes et des paroles. Mais ils peuvent aussi s’accomplir dans le secret de notre intériorité : prendre le temps de ressentir l’amour, la sympathie, la gratitude et toutes les émotions d’affection enracinées dans notre corps. Cela va tout changer.

 

15. La pleine conscience abolit les frontières inutiles. Méditer en pleine conscience, c’est se connecter au monde, se préparer doucement à revenir d’où on vient. Il n’y a alors plus de limites, que des liens.

 


Source : Méditer, jour après jour : 25 leçons pour vivre en pleine conscience (éditions L’Iconoclaste) de Christophe André (disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet)

Commander Méditer, jour après jour + 1CD sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

  • Se détacher de ses pensées : une méditation de pleine conscience par Christophe André Une des 5 méditations de base proposées par Christophe André dans son livre Méditer jour après jour : se détacher de ses pensées par la pleine conscience aux éditions L'Iconoclaste (11 minutes). https://youtu.be/CUKI0Xlw9_c   Pour aller…
  • La psychologie positive : une définition Ce que la psychologie positive est  Lors de cette conférence, Christophe André définit la psychologie positive ainsi : La psychologie positive est une réflexion scientifique sur le fonctionnement humain optimal, se concentrant sur l'étude de ce qui favorise la santé et le bien-être, et…
  • La méditation de l'auto bienveillance : faire preuve de douceur envers soi ( 3 minutes avec Christophe André) Quand nous sommes blessés, d'abord nous consoler avant de vouloir nous corriger. - Christophe André https://youtu.be/eUh2AasR9SU .......................................................................................................................... Une méditation extraite de "3 minutes à méditer  : 3 minutes chaque jour et tout…

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Se détacher de ses pensées : une méditation de pleine conscience par Christophe André
  2. 8 points clés pour une vie heureuse et en bonne santé

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*