4 grandes compétences émotionnelles pour mieux gérer le stress

4 grandes compétences émotionnelles pour mieux gérer le stress

4 grandes compétences émotionnelles pour mieux gérer le stress

La conscience de soi est une aptitude précieuse pour gérer le stress. Sans une attention portée à notre intuition, à nos émotions, à nos points forts et points faibles, à nos valeurs, nous pouvons rester inconscients du niveau réel de stress que génère notre vie quotidienne. Cultiver ces 4 grandes compétences émotionnelles peut nous aider à mieux gérer le stress et à vivre une vie plus alignée avec nos valeurs sur lesquelles nos émotions nous alertent :

  • 1. Le pouvoir de l’intuition

Daniel Goleman, auteur de L’intelligence émotionnelle, estime que nous avons tous un noyau de la conscience de soi qui est une sorte de « radar anti danger » envoyant un signal primitif que quelque chose ne va pas : c’est le pouvoir de l’intuition. Cet instinct viscéral est alerté par notre mémoire émotionnelle, « notre réservoir intérieur de sagesse et de jugement ». Cette attention portée sur notre intuition est la condition fondamentale et même « vitale » de trois autres compétences émotionnelles.

  • 2. La conscience émotionnelle : reconnaître ses émotions et leurs effets

La conscience émotionnelle limite l’impact négatif de nos émotions sur nos performances et nous permet de prendre des décisions réfléchies.

Les personnes qui possèdent cette compétence :

-savent quelles émotions elles éprouvent et pourquoi,

-comprennent les liens qui existent entre leurs sentiments et ce qu’elles pensent, font et disent,

-comprennent la façon dont leur sentiments affectent leurs pensées,

-se laissent guider par une claire conscience de leurs valeurs et buts.

Daniel Goleman estime qu’il faut que l’esprit s’accorde une pause pour devenir sensible au « murmure souterrain de l’humeur ». Or prendre le temps de ne rien faire, repousser toute activité orientée vers un but pour se mettre à l’écoute d’une sensibilité plus profonde, plus silencieuse est difficile, voire mal considéré, dans nos sociétés. Par ailleurs, parler de ses émotions, de sa vulnérabilité, de son monde intérieur, de ses valeurs peut être source de malaise en public, et parfois même non toléré.

Une technique utile pour prendre conscience des sentiments qui nous occupent à notre insu est de consigner dans un journal nos sentiments, sensations et pensées sur ce qui nous tient en souci.

  • 3. Une capacité à s’auto-évaluer précisément : connaître ses ressources, ses capacités, ses limites intérieures

S’auto évaluer consiste à avoir une conscience lucide de nos forces et de nos limites, une vision claire des domaines dans lesquels nous devrions progresser et la capacité à tirer des leçons de l’expérience.

Les personnes qui possèdent cette compétence sont :

-conscientes de leurs forces et de leurs faiblesses,

-réfléchies, capables de tirer des leçons de l’expérience,

-ouvertes aux avis sincères, aux nouvelles perspectives, capables d’apprendre et de s’enrichir sans cesse,

-capables d’humour et de recul sur elles-mêmes.

L’aveuglement sur soi est une caractéristique fréquente des personnes « analphabètes émotionnelles ». Travailler et vivre avec elles peut devenir un cauchemar. La bonne nouvelle est que cette compétence s’apprend à la condition de prendre conscience des torts que ces habitudes causent (à soi, aux autres, au travail, dans la famille…). Ainsi, Goleman écrit que les meilleurs professionnels demandent qu’on critique leur travail : ils veulent savoir quelle perception les autres ont d’eux car ils savent à quel point cette information est précieuse.

  • 4. La confiance en soi : un fort sentiment de sa dignité et de ses capacités personnelles

La confiance en soi est le courage que nous donne la certitude de nos propres capacités, valeurs et buts.

Les personnes qui possèdent cette compétence :

-font preuve d’assurance dans les rapports humains, ont de la « présence »,

-sont capables de défendre des points de vue impopulaires et de prendre des risques pour ce qu’elles estiment juste,

-sont résolues, capables de prendre des décisions saines malgré les incertitudes et les pressions.

La confiance en soi va de pair avec la conscience de soi : un manque de conscience de soi compromet la lucidité de la confiance en soi. Les caractéristiques des personnes qui ont confiance en elles sont le courage, un sentiment d’efficacité personnelle élevé (un jugement positif sur l’efficacité qu’elles peuvent déployer relevant d’une croyance positive sur ce dont elles sont capables) et une expression franche mais non violente (pour énoncer des problèmes ou des injustices).

…………………………………………………………………………………………………………………..

Source : L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman (éditions J’ai Lu). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander L’intelligence émotionnelle sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*