8 nouvelles habitudes pour des relations plus épanouies

nouvelles-habitudes-pour-relations-epanouies

8 nouvelles habitudes pour des relations plus épanouies et pour voir la vie du bon côté (par Thomas d’Ansembourg)

Mahatma Gandhi parlait de « comportements cancéreux à l’origine des métastases relationnelles ». Ces attitudes de communication font plus de mal que de bien :

  • à nous-mêmes car elles nous minent et nous engagent dans une spirale négative, pessimiste,
  • aux autres car elles détériorent la relation qui devient reproches et conflits, et remplacent le lien d’amour par de l’amertume et des envies de revanche, de rébellion, de retrait ou de rejet.

nouvelles-habitudes-pour-relations-epanouies

1. Se vaincre (plutôt que se plaindre)

Selon Thomas d’Ansembourg, être heureux n’est pas nécessairement confortable. Se plaindre est plus confortable que se vaincre.

Pourtant, nous gagnerions à vaincre nos peurs et nos croyances pour nous ouvrir aux autre et à nous-mêmes. Je suis en train de lire ce livre car je suis persuadée que la parentalité est un chemin de développement personnel. En ce qui me concerne, c’est ma fille qui m’a engagée dans l’envie de progresser, de faire un travail sur moi, de me regarder en face et d’en tirer des enseignements… pour moi, pour elle et pour les autres en général. D’où la naissance de ce blog (entre autre 🙂 ).

 

2. Observer sans juger (plutôt que critiquer)

C’est le principe de la communication non violente : j’observe avec empathie comment je me sens ou comment tu te sens sans formuler ou entendre de reproches ni critiques.

  • Observations : les actions concrètes que j’observe (vois, entends, me rappelle, imagine) sans y mettre mes évaluations/ les actions concrètes que tu observes (vois, entends, te rappelles, imagines) sans y mettre tes évaluation
  • Sentiments : comment je me sens (émotion) par rapport aux actions que j’observe/ comment tu te sens (émotion) par rapport aux actions que tu observes
  • Besoins : l’énergie vitale exprimée sous forme de besoins, de valeurs, de désirs, d’attentes ou de pensées qui font naître mes/ tes sentiments
  • Demandes : je demande clairement et positivement ce qui pourrait embellir ma vie sans que cela soit une exigence (serais-tu d’accord… ? aimerais-tu… ?)

Le processus de la communication non violente est bien décrit dans ce petit livre abordable en terme de contenu et de prix : Nous arriverons à nous entendre ! : Suivi de Qu’est-ce qui vous met en colère ?

3. Communiquer (plutôt que disputer)

La communication est le seul antidote non violent à la violence.

 

4. Collaborer (plutôt que concurrencer)

 

5. Se réjouir pour les autres (plutôt que se comparer)

Pour Albert Jacquard, il n’y a pas de hiérarchie : il n’y a que des différences !

 

6. Dire « Pourquoi pas ? » (plutôt que « à quoi bon ? »)

Se dire « pourquoi pas ? » traduit un élan dynamique vers les projets de vie les plus audacieux.

 

7. Croire en soi et en les autres

Une des plus belles paroles renforçant l’estime de soi, la joie de vivre, l’envie de partager est de dire simplement à son prochain dans ses projets, dans ses actions,  dans la vie quotidienne : JE CROIS EN TOI ! – Malek Boukerchi

 

8. Garder en tête : Recommence !

recommence

Thomas d’Ansembourg insiste sur l’alternance dans la vie :

L’alternance dans la vie n’est pas un accident; c’est l’ingrédient même de la vie, sa structure. La vie m’apparaît de plus en plus comme un rébus à déchiffrer. 

Les erreurs et les malheurs font partie de la vie. Rien n’est donc figé et tout finit par recommencer.


Source : Être heureux ce n’est pas nécessairement confortable – Trouver le bonheur et non ce que l’on croit être le bonheur de Thomas d’Ansembourg (éditions Pocket)

Commander Être heureux ce n’est pas nécessairement confortable sur Amazon.

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

  • 6 obstacles à la relation 1.Les jugements Le processus de Communication Non Violente, conceptualisé par Marshall Rosenberg, invite à observer en décrivant plutôt qu'à porter des jugements : "il fait moche" peut devenir "il y a des nuages et il pleut, je vais plutôt rester à la maison et en…
  • C'est quand on apprend à parler vraiment de soi-même qu'on redevient en vie. Quand on rend l'autre responsable de ce qu'on ressent, on reste prisonnier de la relation. Quand on commence à sortir de la plainte ("je suis manipulé") alors on atteint les vrais sentiments ("je suis triste et en…
  • Les 3 niveaux de besoins en Communication Non Violente : les comprendre pour gagner en "qualité du vivant" En Communication Non Violente (CNV), les besoins humains sont classés en plusieurs niveaux. Nos besoins représentent l'essence même de ce qui se vit en nous. Le niveau des besoins va dépendre de…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*