Etes-vous un.e ami.e pour vous-même ? (les bienfaits de la compassion pour soi + 3 petits exercices)

auto compassion

Etes-vous un.e ami.e pour vous-même ? (les bienfaits de la compassion pour soi + 3 petits exercices)

Dans son livre Eloge de la lucidité, Ilios Kotsou mentionne une étude selon laquelle une formation à la compassion pour soi-même permettrait non seulement d’améliorer significativement une forme d’indulgence et de bienveillance envers soi-même mais également le niveau de bien-être (Neff et Germer). Faire preuve de compassion pour soi augmente le niveau de satisfaction dans la vie et diminue le niveau de stress et d’anxiété. 

Par ailleurs, la compassion pour soi amène à consacrer plus de temps à étudier et apprendre, à se remettre en question suite à un échec. La compassion envers soi nous pousse à nous corriger, à donner le meilleur de soi-même. L’auto compassion offre un degré élevé de résilience : se considérer avec compassion, observer sa jalousie et sa colère sans jugement nous permet de nous centrer sur le présent plutôt que de rester uniquement obsédé par le passé.

Enfin, quand nous nous pardonnons à nous-mêmes, nous nous rendons également capables de pardonner plus facilement aux autres. Il n’y a pas de pardon sans réconciliation avec soi.

Assumer nos fragilités permet d’en prendre soin et de nous mettre en mouvement pour aller de l’avant. – Ilios Kotsou

citation khalil gibran

3 exercices pour faire preuve d’auto compassion

Utiliser un langage indulgent

Comment est-ce que je réagis généralement vis-à-vis de moi-même ?

Quel type de dialogue ai-je avec moi-même en cas d’échec ou quand je remarque une faiblesse ?

Est-ce un ton dur, dévalorisant, intransigeant ?

Sur quels aspects de ma vie portent le plus souvent les critiques que je m’adresse ?

Quelles sont les conséquences d’un comportement dur envers moi-même ?

Cela me rend-t-il plus heureux.se, épanoui.e ou plutôt découragé.e, déprimé.e ?

Comment est-ce que je pense que je me sentirais si je pouvais réellement m’accepter et m’apprécier tel.le que je suis ?

 

Tenir un journal d’auto compassion

Dans ce journal d’auto compassion, on pourra écrire chaque jour une chose pour laquelle nous nous sentons mal ou honteux.se, ou pour laquelle nous nous jugeons.

Ensuite, nous nous mettrons dans la peau d’un ami bienveillant et nous nous écrirons à nous-mêmes quelques mots de douceur, de gentillesse, de réconfort.

 

La pleine attention aux pensées

Cet exercice consiste à prendre conscience de nos pensées immédiates sans s’y laisser entraîner, un peu comme si nous regardions le train passer sans monter dedans. Nous observons le wagon de nos préoccupations, celui de nos problèmes, celui de nos projets.

Nous fermons les yeux et nous concentrons sur la respiration : l’air frais qui entre par les narines et vient gonfler le thorax, le thorax qui se dégonfle et l’air qui ressort plus chaud par les narines….

A un moment ou un autre (et même très rapidement au début de cette pratique), nous remarquerons que nous ne sommes plus « avec » la respiration mais que nous avons suivi une pensée… nous avons sauté dans un wagon ! Nous le remarquerons puis nous reviendrons à la respiration.

 

Pour aller plus loin : La méditation de l’auto compassion : une technique utile face à des blessures émotionnelles fortes

…………………………………………………………………………….

Source : Éloge de la lucidité de Ilios Kotsou (éditions Marabout). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Éloge de la lucidité: Se libérer des illusions qui empêchent d’être heureux sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*