Avoir confiance en son corps

Avoir confiance en son corps

Avoir confiance en son corps

Souvent, nous éprouvons une telle angoisse que nous finissons pas l’accepter comme étant normale. A tort. Tout malaise que nous ressentons indique que notre corps sait où se trouve son bien-être et tend vers ce but. Chaque sentiment de malaise contient l’énergie nécessaire pour rétablir votre bien être, pourvu que vous lui en laissiez la chance. – Eugene Gendlin

L’existence même d’une inquiétude en nous prouve que notre corps sait ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas. Notre corps « sait » ce qu’est le  bien-être puisqu’il nous signale par des manifestations physiques que quelque chose ne va pas.

L’impression de bien-être ou de mal-être représente la façon dont le corps mesure la distance entre notre état du moment et la sérénité. Non seulement le corps possède une sorte de sens de l’équilibre qui lui permet de sentir ce qui est bon (ou mauvais) pour nous mais le corps sait également comment rétablir la quiétude émotionnelle.

Eugene T. Gendlin, fondateur du concept de Focusing, estime que les valeurs qui dictent les réactions de notre corps sont les plus objectives, que le corps ne ment jamais. Le corps peut bien entendu apprendre lui aussi avec l’expérience mais il possède un sens global de ce qui est vital pour lui. Eugene Gendlin considère ce sens corporel comme beaucoup plus sûr que les pensées et les émotions. La force vitale de notre corps évolue dans une direction déterminée et saine.

Quand Gendlin parle du corps, il entend par là plus que le mécanisme physique. Le corps fait partie d’un vaste système qui comprend plus que l’endroit et le moment où nous nous trouvons et même plus que nous-mêmes : il englobe en fait tout l’univers perceptible.

Quand quelque chose ne va pas, le corps le sait et prend immédiatement des mesures pour se sentir mieux. Comme le corps possède un instinct de survie et de guérison émotionnelle, Gendlin nous invite à prendre le temps de l’écouter par le Focusing.

Le Focusing en bref

1.Dégager un espace

Comment allez-vous ? Qu’est-ce qui vous empêche de vous sentir bien ?

Ne répondez pas : laissez la réponse émerger dans votre corps.

Ne vous laissez pas emporter par un sentiment ou une pensée précise. Acceptez et confirmer tout ce qui émerge (pensées, sensations, émotions) puis mettez les de côté pendant un moment.

Ces préoccupations mises à part, vous sentez-vous bien ?

2.Laisser venir le sens corporel

Choisissez un problème sur lequel vous voulez appliquer le focusing.

Ne vous identifiez pas à lui. Que ressentez-vous dans votre corps lorsque vous évoquez le problème dans son ensemble ?

Ressentez le problème, percevez-le dans son entier, saisissez le vague malaise qu’il vous procure  ou le sens corporel imprécis du problème.

3.Trouver une « prise » : quelle est la qualité du sens corporel ? 

Quel est le mot, l’expression, ou l’image que le sens corporel évoque ?

Quel qualificatif s’y appliquerait le mieux ?

4.Faire résonner

Dites le mot (ou évoquez l’image) puis sentez votre sens corporel.

Les deux s’accordent-ils bien ? Le mot (ou l’image) est-il juste ?

Si le mot ou l’image s’accordent bien, vérifiez-le plusieurs fois en revenant à votre sens corporel.

Si le sens corporel se transforme, soyez-y attentif.ve.s.

Quand votre mot/ image s’accorde parfaitement avec votre sens corporel, éprouvez-en l’effet pendant une minute.

5.Interroger

Qu’est-ce qui, dans le problème tout entier, me rend si… ?

Si vous êtes bloqué.e, posez-vous les questions suivantes :

  • quel est le pire dans tout cela ?
  • qu’est-ce qui est pénible dans mon sentiment ?
  • de quoi ai-je besoin pour me sentir bien ?
  • qu’est-ce qui devrait se passer ?
  • comment me sentirais-je si tout était réglé ?

Ne répondez pas, attendez que le sentiment se transforme et que le corps apporte une réponse sous forme de sens corporel. Laissez votre corps répondre car il a les réponses : qu’est-ce qui m’empêche de me sentir bien ?

6.Accueillir

Acceptez ce qui vient, laissez vous traverser par ce que le corps dit, sans nier, minimiser ou relativiser.

Il ne s’agit que d’un premier pas vers la résolution du problème. Le Focusing n’est pas une méthode ponctuelle, close.

Maintenant que vous savez où est logé votre sentiment, vous pouvez vous arrêter pour y revenir plus tard.

Protégez-le des voix critiques qui cherchent à vous interrompre.

Votre corps est-il prêt pour un nouveau cycle de focusing ou pouvez-vous facilement vous arrêter à cet endroit-ci ?

 

……………………………………………………………………….

Source : Focusing : au centre de soi de Eugene T. Gendin (Les éditions de l’Homme). Disponible en librairie, en médiathèque ou sur internet.

Commander Focusing : au centre de soi sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*