AAA : le triple A du bonheur (selon la psychologie positive)

bonheur psychologie positive

AAA : le triple A du bonheur (selon la psychologie positive)

Cette notion de triple A du bonheur, mise au point par Ilona Boniwell (experte en psychologie et éducation positives), permet de garder en mémoire les messages clés de la psychologie positive au sujet du bonheur.

A pour Adaptation

Les êtres humains font preuve d’une étonnante capacité à s’accoutumer aux changements sensoriels ou physiologiques. Il y a en nous une mécanique naturelle qui fait que le flux d’émotions va, à un moment ou un autre, s’adapter pour atteindre le niveau de départ.

Cela explique, par exemple, que l’euphorie qui suit un événement positif (un déménagement pour un lieu plus agréable, l’achat d’un nouvel habit ou d’un nouveau jouet, une nouvelle voiture…) finit toujours par s’estomper au fil du temps. Ce mécanisme est également valable pour les événements difficiles : le temps estompe les douleurs.

Cette adaptation dite hédonique est d’autant plus rapide que l’événement est banal.

L’adaptation hédonique, c’est s’habituer aux bonnes choses, c’est ne plus les remarquer ni les apprécier, c’est les considérer comme acquises. Le bonheur est donc quelque chose d’organique, de dynamique et qui s’entretient au fil de ce que l’on vit et de nos actions. – Ilona Boniwell

Le fait que le changement positif de nos conditions de vie (hausse de salaire, promotion sociale, déménagement…) n’aboutisse qu’à une hausse du niveau de bonheur de courte durée est le résultat de cette adaptation hédonique. la psychologie positive a montré que, au bout d’un certain moment, le surcroît de bonheur éprouvé le premier jour devient chose normale.

A pour Action

Selon les recherches de Sonja Lyubomirsky, on ne naît pas heureux ou malheureux. Nous ne sommes pas totalement dépendants de notre capital (ou déterminant) génétique.

Notre capital de départ génétique détermine à hauteur de 50% notre aptitude au bonheur.

A moins d’être dans la grande misère, les facteurs extérieurs ne sont pas non plus la cause véritable de notre mal-être ou de notre bonheur.

L’ensemble des circonstances extérieurs n’expliquent notre état d’esprit qu’à hauteur de 10%.

Les éléments qui déterminent notre bonheur résident en nous, dans l’attente d’être mis à profit. Nous disposons d’une marge de manœuvre à hauteur de 40% : les actions que nous décidons de mener, notre investissement personnel ont un effet puissant sur notre niveau de bonheur.

Comme notre bonheur est lié à 40% à nos actions, nous pouvoir choisir de devenir les acteurs et les auteurs de notre bonheur à travers des activités, des comportements, des choix et des attitudes favorables au bonheur.

A pour Attention

Il existe chez les humains un « biais négatif » qui nous pousse à porter davantage attention aux stimuli négatifs et à faire primer les émotions désagréables (peur, tristesse, colère, honte…) sur les émotions agréables (joie, optimise, confiance, gratitude…).

L’attention peut se travailler et ainsi venir contrer ce biais négatif. Pour augmenter notre niveau de bonheur, la psychologie positive nous invite à choisir de porter l’attention volontairement sur les petits riens du quotidien qui, vécus en pleine conscience, peuvent procurer des émotions positives durables : un rayon de soleil, une bonjour échangé avec le voisin, un repas partagé en famille…

Le bonheur, c’est une question de choix. Cela ne veut pas dire que l’on met au placard les émotions négatives. Seulement, par une attention délibérée, on décide de donner plus d’espace aux émotions agréables et positives. – Ilona Boniwell

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*