3 phrases à utiliser quand nous sommes en colère contre quelqu’un pour réparer la relation

colère réparer relation

3 phrases à utiliser quand nous sommes en colère contre quelqu’un pour réparer la relation

prendre soin de l'enfant intérieur thich nhat hanhDans son livre Prendre soin de l’enfant intérieur, Thich Nhat Hanh propose 3 phrases à utiliser quand nous sommes en colère contre quelqu’un pour réparer la relation.

Il conseille de garder ces 3 phrases inscrites sur un morceau de papier dans une poche ou dans un porte feuille. Chaque fois que surgit en nous la colère, nous pourrons relire ou visualiser ces 3 phrases pour savoir quoi faire (et ne pas faire).

Ces 3 phrases pour réparer relation quand on est en colère peuvent se résumer dans cette approche :

Maintenant, je souffre [reconnaissance de l’émotion], je veux le partager avec toi [je te fais confiance] et j’ai besoin de ton soutien [appel à ce qu’il y a de meilleur en nous et l’autre].

Elles reposent sur le fait de :

  • se dire (comment c’est pour moi maintenant),
  • être reconnu dans sa souffrance (je te dis comment je me sens parce que quelque chose m’a fait souffrir)
  • demander de l’aide (quoi faire pour arrêter la souffrance et restaurer le lien).

1. Je suis en colère et je souffre.

Cette première phrases permet d’exprimer la vérité à l’autre personne car c’est le fait d’exprimer l’émotion qui nous traverse guérit la blessure émotionnelle : « oui, je suis en colère, vraiment en colère ».

Par ailleurs, le fait de se dire n’est pas suffisant : cette phrase permet également d’être reconnu.

Chacun peut exprimer ce en quoi il ou elle a pu se sentir blessé par d’autres. Thich Nhat Hanh insiste sur une parole « aimante » car l’intention est de ressouder le groupe, pas de le détruire.

La personne exprime sa réalité, ses émotions, ses ressentis Le processus de Communication Non Violente peut être utile à cet effet pour que apprendre à exprimer ses souffrances et ses problèmes de manière pacifique sans chercher le conflit mais la connexion et la résolution.

2. Je fais de mon mieux pour prendre soin de ma souffrance.

Cette deuxième phrase traduit le fait que nous veillons à nous occuper de notre colère et de notre souffrance en pleine conscience, que nous prenons la responsabilité de nos émotions. Cette phrase montre que nous savons comment prendre soin de notre colère en la reconnaissant comme nous appartenant (plutôt que comme une manifestation de ce que l’autre fait de mal).

Thich Nhat Hanh nous conseille d’éviter de dire ou de faire quoi que ce soit impulsivement quand nous sommes en colère, dans le rouge. Nous avons meilleur compte à revenir à notre respiration et à examiner cette émotion en profondeur pour bien voir les racines qui sont en nous, pour comprendre le message que l’émotion cherche à nous transmettre.

Cette deuxième phrase peut aussi sonner comme une invitation pour l’autre personne à faire preuve d’empathie.

 

3. S’il te plait, aide moi.

Nous pouvons dire cette phrase quand nous ne nous sentons pas capable de transformer cette souffrance.

Il est plus soulageant et aidant de partager les moments de souffrance que de s’isoler par fierté ou par peur de la réaction de l’autre.

Cette question peut être compléter par des demandes plus explicites : « J’ai besoin de… Est-ce OK pour toi ? »

 

Les pratiques de la respiration en pleine conscience et de la marche méditative sont une aide précieuse et complémentaire pour éviter que la colère ne dégénère en violence.

Ainsi, nous ne cédons plus à notre tendance à réagir en laissant colère et violence entraîner encore plus de souffrance. – Thich Nhat Hanh

 

………………………………………………………..

Source : Prendre soin de l’enfant intérieur de Thich Nhat Hanh (éditions Pocket). Disponible chez votre libraire, dans votre médiathèque ou sur Internet.

Commander Prendre soin de l’enfant intérieur sur Amazon ou sur Decitre.

Enregistrer3 phrases pour se réconcilier

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*