Combattre le Parent normatif intérieur en se donnant des signes de reconnaissance positifs à soi-même

Combattre le Parent normatif intérieur

Combattre le Parent normatif intérieur en se donnant des signes de reconnaissance positifs à soi-même

Nous avons tous besoin de signes de reconnaissance positifs, qui peuvent être physiques (embrassades, baisers…), verbaux (compliments sur notre apparence, notre intelligence, notre gentillesse, notre intégrité, notre goût…) et des actes de reconnaissance (prêter attention, aider ,montrer de l’empathie ou de l’affection…).

L’analyse transactionnelle considère que nous avons tous en nous un « Parent normatif intérieur » : une voix dans notre tête qui nous empêche d’avoir des pensées positives sur nous-mêmes et sur les autres et qui nous empêche de donner et de demander des signes de reconnaissance positifs ou bien de recevoir sans gêne ceux dont nous voulons.

Nous avons particulièrement besoin d’être capables de nous donner des signes de reconnaissance positifs pour contrebalancer ceux négatifs de notre Parent normatif qui nous dit que nous sommes stupides, mauvais.es, fous/ folles ou encore laid.e.s. Pour désobéir au Parent normatif, il nous faut comprendre comment réagir à ses attaques.

Si le Parent normatif dit : « Tu es stupide, tu n’es pas fiable et tu n’es pas digne de confiance », nous pouvons apprendre à le contredire et à nous dire des affirmations positives et réalistes : « Je suis intelligent.e et je réussis. Etant donné que j’ai deux enfants à la maison et que je prends bien soin d’eux, je sais que je suis fiable et digne de confiance. Je suis fièr.e d’être aussi intelligent.e, aussi fiable et aussi digne de confiance.  »

Si le Parent normatif dit que nous sommes gros.se, laid.e et voué.e à l’échec, alors nous pouvons nous dire : « Certes, je ne ressemble pas à un mannequin. Cela m’est égal ! J’ai un corps en bonne santé et on m’a déjà dit que j’étais beau/belle et attirant.e. Je m’aime comme je suis et je suis sûr.e de trouver la/le partenaire qu’il me faut. »

En Analyse Transactionnelle, la source de ce genre d’auto-motivation positive s’appelle le « Parent nourricier« .

Certaines personnes sont capables de préserver une compassion fondamentale envers elles-mêmes malgré les critiques et les reproches de leurs pairs et de leur propre Parent normatif. Cet amour de soi sain laisse deviner un noyau de confiance bien établi et soutenu par le Parent nourricier. Il n’en reste pas moins vrai qu’il peut arriver que même le meilleur des Parents nourriciers ait une baisse de régime. Le Parent nourricier vient contredire le Parent normatif et combattre ses effets destructeurs.

Notre Parent nourricier, la source intérieure  des autorisations positives que nous nous adressons à nous-mêmes, nous encourage à nous donner à nous-mêmes les signes qui renforceront notre confiance en nous mais, pour conserver un Parent nourricier fort, nous avons aussi besoin de signes de reconnaissance émanant d’autres personnes. – Claude Steiner

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Source : L’ABC des émotions : un guide pour développer force personnelle et intelligence émotionnelle de Claude Steiner (InterEditions). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander L’ABC des émotions  sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Vous aimerez aussi...

  • Pourquoi est-ce important (et difficile) de mettre des mots sur nos émotions ? La difficulté à identifier et exprimer les émotions Ilios Kotsou est auteur et spécialiste de l'intelligence émotionnelle. Il nous interpelle sur l'importance de mettre des mots justes et précis sur nos émotions, sur nos ressentis plutôt que…
  • Apprendre à accueillir nos émotions Nous avons souvent tendance à censurer, minimiser ou nier nos émotions. En effet, nous sommes peu nombreux à avoir appris la langue des émotions comme une "langue maternelle". Nous avons plutôt appris la répression émotionnelle quand nos parents nous disaient "Mais non, ça ne fait…
  • L'agilité émotionnelle : l'alternative à la pensée positive et à la répression émotionnelle Susan David est une chercheuse en psychologie sud-africaine. Elle travaille sur les méfaits de la répression des émotions et de la pensée positive, qui conduisent à une culture valorisant la positivité constante (au détriment d'une culture réellement…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*