Minimalisme et désencombrement : explorer son rapport sentimental aux objets

désencombrement explorer son rapport sentimental aux objets

Minimalisme et désencombrement : explorer son rapport sentimental aux objets

Quand on pense minimalisme, on pense désencombrement et le désencombrement peut se révéler difficile dans le sens où il y a tout un tas d’objets dont nous nous voyons mal nous séparer (les dessins des enfants, des cadeaux de la fête des mères, des tickets de concert, des livres dédicacés…).

Anne-Sophie Monod, autrice du livre Devenir minimaliste, c’est malin, rappelle que ces freins renvoient à la valeur sentimentale de certains objets qui représente une des principales barrières au désencombrement et au minimalisme.

Elle nous invite à nous interroger sur ce que nous ressentons vraiment en voyant tel ou tel objet :

  • Est-ce si fort que cela ?
  • Ressentez-vous vraiment de la joie en voyant cet objet ?
  • Le conserver ne vous apporte-t-il pas plus de tracas que de joie ?
  • Ne créez-vous pas tout un mythe autour de cet objet ?
  • Le conserver vous fait-il vraiment revivre en partie le moment heureux auquel il est relié ?
  • La beauté d’un souvenir dans le cœur et dans la tête n’est-elle pas suffisante, et même plus forte que ces quelques morceaux de matière ?

Ces questions permettent de faire un tri entre les objets à conserver et ceux à désencombrer en prenant des décisions conscientes : quand la joie pure est présente en présence de l’objet, Anne-Sophie Monod conseille de le conserver sans hésiter. La condition est donc que l’objet en question soit une grande source de joie.

Anne-Sophie Monod conseille d’aller encore plus loin avec une question supplémentaire (quand c’est émotionnellement possible et supportable) : existe des zones d’ombre autour de cet objet quant aux souvenirs qu’il fait revenir ?

Il existe en effet des cadeaux empoisonnés pour une maison minimaliste (bibelots, livres, vêtements…).

Anne-Sophie conseille de ne jamais se forcer à garder un cadeau reçu si celui-ci n’est pas source de joie. Elle écrit : « Même par courtoisie, il serait absolument impensable d’exposer tel ou tel élément de déco offert par le passé juste pour ne pas blesser la personne qui vous a fait ce cadeau. Le mieux serait de toujours dire la vérité, en y mettant les formes, bien sûr. Cela permettra d’informer la personne sur vos goûts et votre façon de vivre et d’éviter ainsi un nouveau cadeau empoisonné à la prochaine visite. Mieux, expliquez précisément votre démarche minimaliste et dites que vous ne voulez plus de cadeaux, en tout cas de cadeaux matériels. »

Ainsi, se décider à désencombrer sa maison peut être l’occasion d’un vrai recentrage sur les valeurs et besoins, sur les croyances et attachements nocifs. Cela peut être l’occasion de prendre conscience que, dans la maison, notre rapport aux objets se complique d’une nuance subjective de sentiments et de superstitions. Il y a là un vieux reste de mythes et de croyances : tel objet nous protège, nous inspire, etc.

Nous vouons à certains objets un culte invisible car ils sont les témoins de notre existence. Ils nous aident à préciser notre être, à affirmer son empreinte sur terre. – Anne-Sophie Monod

Au-delà des questions à se poser face à chaque objet, Anne-Sophie Monod conseille de se focaliser sur l’espace autour de soi, sur la liberté de mouvement qu’un espace épuré procure, sur l’énergie mentale qu’un espace désencombré libère.

Concrètement, pour ce qui est de la maison, il s’agit de prendre conscience de l’espace autour de nous, et les objets, parfois, ne nous y aident pas. – Anne-Sophie Monod

………………………………………………………………………..

Source : Devenir minimaliste, c’est malin : Les meilleures astuces pour alléger votre intérieur et retrouver forme, vitalité, joie et dynamisme de Anne-Sophie Monod (éditions Leduc S.). Disponible au format Poche en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Devenir minimaliste, c’est malin sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*