10 pistes pour économiser l’eau et limiter la pollution des eaux

10 pistes pour économiser l'eau et limiter la pollution des eaux

10 pistes pour économiser l’eau et limiter la pollution des eaux

La pollution des eaux limite la disponibilité de cette ressource. Les usines de traitement ont de plus en plus de mal à maîtriser cette pollution croissante. Les traitements deviennent de plus en plus complexes et coûteux. C’est l’un des aspects les plus inquiétants de la crise de l’eau qui se profile à l’horizon.

Limiter les pollutions en privilégiant les éco produits

Privilégier les produits issus de l’agriculture biologique

Privilégier les produits ménagers/ de bricolage porteurs de labels écologiques reconnus comme l’éco label européen ou la marque NF Environnement

Ne pas jeter n’importe quoi dans l’eau

Les points d’eau ne sont pas des poubelles (cuvettes des toilettes, évier, lavabo, baignoires, égoûts…). Il est déconseillé d’y jeter ::

  • des déchets solides (serviettes hygiéniques ou tampons, lingettes, litière du chat…)
  • des huiles ou restes alimentaires
  • des liquides toxiques (peintures, médicaments, pesticides…)
  • des mégots dans le caniveau

Respecter la nature

Arrêter de

  • laver les voitures et autres objets hors des aires prévues à cet effet (qui intègrent dans leur installation un processus de traitement des eaux utilisées)
  • vidanger un moteur dans la nature (ou rapporter l’huile de vidange du véhicule au lieu d’achat, dans un garage ou un centre de récupération)
  • répandre des substances toxiques sur le sol (essence, détergents)

Ne pas utiliser de pesticide

Planter des végétaux dans le jardin choisis en fonction de l’environnement.

Choisir des plantes rustiques résistantes

Suivre les préconisations de la permaculture pour planter autour des plantes à protéger d’autres végétaux qui éloignent les insectes

Adopter de bonnes habitudes pour laver le linge et la vaisselle

Acheter des produits sans phosphates ni phosphonates

Favoriser des compositions non polluantes : savon de Marseille, tensioactifs provenant d’acides gras d’origine végétale (colza, coco, coprah), percabonate de sodium, citrate de sodium, carbonate de sodium

Fabriquer ses produits ménagers maison (exemple : lessive à l’eau et au savon de Marseille, lessive au lierre, vinaigre blanc ou savon de Marseille pour le liquide vaisselle) ou utiliser des noix de lavage

Ne pas utiliser d’assouplissants ni d’huiles essentielles pour les usages qui vont à l’égout

Réduire les dos utilisées (lessive, vaisselle, shampoing, savon)

Rationaliser la consommation d’eau au jardin et pour les plantes

Utiliser l’eau de pluie pour l’arrosage

Quand l’eau manque, planter des arbres et plantes peu gourmandes en eau.

Réduire les surfaces exigeantes en arrosage (gazon, plate bandes de fleurs annuelles…)

Créer des espaces sobres (rocaille, mare ou bassin, plantes vivaces…)

Repenser les habitudes d’hygiène

  • à la salle de bains

Diminuer la fréquences des douches et des shampoings

Limiter la durée des douches et éteindre l’eau pendant le savonnage

Éteindre l’eau pendant le brossage de dents

Installer des mousseurs ou aérateurs qui réduisent le débit de l’eau et/ou ne pas ouvrir le robinet à fond pour limiter le débit

  • dans les toilettes

Mettre des récipients pour récupérer l’eau de douche/de vaisselle/ de cuisson et l’utiliser en lieu et place de la chasse d’eau dans les toilettes (vider l’eau dans la cuvette pour évacuer les déchets organiques)

Installer une bouteille dans la colonne des toilettes pour réduire le débit d’eau de chaque chasse

Installer des toilettes sèches

Privilégier l’eau du robinet

Si l’eau du robinet n’est pas bonne, plusieurs alternatives existent : des filtres à charbon, des perles de céramique

Si l’eau n’est pas potable, choisir une source locale pour limiter les effets du transport

Surveiller la consommation d’eau

Surveiller et réparer les fuites : le soir, avant de se coucher, relever le chiffre du compteur d’eau et le lendemain, faire un nouveau relevé, si le compteur a tourné (et que personne n’a utilisé d’eau dans la nuit), c’est qu’il y a une fuite (vérifier la chaudière, les toilettes…)

S’équiper d’appareils économes (appareils classés A ou B)

Arroser les plantes avec l’eau de lavages des fruits et légumes

Favoriser l’infiltration naturelle

Installer une citerne de récupération d’eau de pluie ou une toiture végétalisée

Diriger les descentes des gouttières vers un fossé, une mare ou une plate bande végétalisée

Limiter l’imperméabilité des sols en créant des espaces engazonnés ou en graviers (plutôt que goudronnés ou cimentés)

…………………………………………………………………………………………………………………………

Pour aller plus loin : L’eau à la maison : mode d’emploi écologique de Sandrine Cabrit-Leclerc (édition Terre Vivante)

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*