De l’empathie à l’altruisme : cultiver l’intelligence relationnelle

De l'empathie à l'altruisme

De l’empathie à l’altruisme : cultiver l’intelligence relationnelle

Ce qui entrave l’empathie

La transe urbaine

Dans les rues des grandes villes, les gens sont moins enclins à remarquer, à saluer ou à aider les autres à cause de ce qu’on a nommé la « transe urbaine ».

Les sociologues supposent que nous avons tendance à nous absorber en nous-mêmes dans les rues les plus encombrées afin de nous protéger d’une surcharge de stimuli. Mais cette stratégie a comme conséquence de nous couper non seulement des distractions extérieures mais aussi du malheur des autres.

Un manque d’attention

Parmi les nombreux facteurs qui entrent en jeu dans l’altruisme, il semble que l’un des plus essentiels soit de prendre le temps de l’attention. L’empathie est plus forte quand nous nous centrons entièrement sur l’autre, créant une boucle émotionnelle. Il suffit de porter attention à autrui pour créer une connexion émotionnelle.

En l’absence, d’attention, l’empathie n’a aucune chance de naître. A partir du moment où une personne porte assez d’attention à une autre personne pour éprouver de l’empathie envers cette dernière, la probabilité de lui offrir de l’aide augmente. A l’inverse, plus nous somme perturbés (stressés, inquiets, en colère, perdus dans les pensées…), moins nous sommes capables d’empathie et d’altruisme.

Le simple fait qu’un passant s’arrête et s’intéresse à une personne sans abri peut sortir les autres passants de leur transe urbaine.

Le repli sur soi, sous toutes ses formes, tue l’empathie, et plus encore la compassion. Lorsque nous sommes centrés sur nous-mêmes, notre monde se contracte car nos problèmes prennent toute la place. Mais quand nous portons notre attention vers les autres, notre monde s’élargit. Nos problèmes, relégués à la périphérie de notre esprit, paraissent moindres et notre capacité de connexion ou d’action altruiste augmente. – Daniel Goleman

 

De l’empathie à l’altruisme

Être témoin d’un acte d’altruisme 

Être témoin d’un acte de compassion peut suffire à enclencher des comportements empathiques et altruistes… encore faut-il y prêter attention !

Les personnes ayant assisté à un acte spontané de courage, de tolérance ou de compassion font état d’un sentiment chaleureux que les psychologues nomment exaltation

Ainsi, l’exaltation est contagieuse. Quand un individu est témoin d’un acte de bonté, il est souvent poussé à en accomplir un ultérieurement à son tour.

Entendre des histoires mettant en scène des héros altruistes

Le fait d’entendre raconter un acte d’assistance à un malheureux peut procurer un sentiment d’exaltation.

Cette influence sociale explique pourquoi les légendes mythiques du monde entier sont remplies de personnages qui en sauvent d’autres en accomplissant des actes courageux.

Entendre ce genre d’histoires aurait le même impact émotionnel que de les voir de ses propres yeux.

 

Dans nos sociétés modernes, nous sommes souvent dans un rapport lointain avec les autres, encore plus avec les malheureux. Soit nous ne les voyons pas (cf la transe urbaine), soit nous ne sommes pas capables d’empathie émotionnelle parce que notre empathie est plus cognitive. Nous nous sentons désolés pour les personnes en souffrance mais sans ressentir nous-mêmes l’aiguillon de leur souffrance. Daniel Goleman remarque que les distances sociales (déménagements multiples, déplacements quotidiens, famille éclatée, vie urbaine) et virtuelles (communication électronique, bulle virtuelle) ont créé une anomalie dans la vie des êtres humains en rapport avec notre nature (même si cette anomalie est pour nous la norme). En effet, pendant les interactions directes, une boucle s’établit par laquelle nous recevons un flux ininterrompu de feedback (provenant essentiellement des expressions de l’autre, du ton de sa voix qui nous dit en permanence si nous somme sur la bonne voie ou pas en termes de relation).

La séparation tue l’empathie et l’altruisme disparaît. – Daniel Goleman

………………………………………..

Source : Cultiver l’intelligence relationnelle de Daniel Goleman (éditions Pocket)

Vous aimerez aussi...

  • Comprendre le mécanisme de contagion émotionnelle entre individus Daniel Goleman est un psychologue américain spécialiste en intelligence émotionnelle et relationnelle. Il explique dans son livre Cultiver l'intelligence relationnelle que toutes les interactions humaines s'accompagnent d'un sous texte émotionnel. Chaque fois que nous entrons en contact avec un autre être humain, il…
  • Plaidoyer pour l'altruisme par Matthieu Ricard (TEDxParis) Où sont les points de non retour ? Matthieu Ricard nous prévient : si nous avons la moindre considération pour les générations à venir, nous ne pouvons pas continuer à faire cela ! Et cela tombe bien car, nous autres êtres humains, nous…
  • Empathie et compassion : pourquoi l'empathie en soi n'a pas de valeur éthique Serge Tisseron est psychanalyste et propose une approche de l'empathie qui permet de comprendre en quoi l'empathie est innée chez les êtres humains mais que le fait d'être capable d'empathie n'a pas de valeur morale en soi.…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*