Les trois formes principales de tension et d’usure dans le travail (prévention du burn out)

facteurs stress travail burn out

Les trois formes principales de tension et d’usure dans le travail (prévention du burn out)

Dans son livre Comment rester vivant au travail – Guide pour sortir du burn out, Catherine Vasey écrit que nous accumulons trois forme de tensions au travail :

  • les tensions mécaniques : le stress mécanique
  • les tensions mentales : le stress mental
  • les tensions émotionnelles : le stress émotionnel

Catherine Vasey estime que nous vivons ces diverses sources de tensions tous les jours et qu’elles font partie du « bain de tensions habituelles » de notre emploi.

Le stress mécanique

Le stress mécanique concerne ce qui stresse le corps au travail comme :

  • les trajets (ex : les bouchons en voiture, le retard des transports en commun, les changements et les correspondances de train…)
  • la position de travail (ex : immobilité ou, au contraire, charges trop lourdes à porter, temps passé devant l’écran générant de la sécheresse oculaire, des douleurs musculaires ou encore des maux de tête, répétition de certains gestes…)
  • les conditions de travail (ex : lumière artificielle, bruit constant, température trop élevée ou trop basse…)

Le stress mental

Le stress mental est lié à l’effort intellectuel (trop faible ou trop élevé) et aux pensées qui accompagnent l’exécution du travail comme :

  • l’effort mental exigé dans des conditions inadaptées (ex : interruption fréquentes, surcharge d’information, rythme trop soutenu, charge de travail, délais trop courts…)
  • le manque de pouvoir personnel et de sens (ex : ordre donné par une machine vocale, censure de la réflexion personnelle, non reconnaissance des idées et propositions…)
  • les pensées négatives (ex : perte de sens des gestes effectuées, inquiétudes liées à des restructurations ou licenciements, manque de reconnaissance…)

Le stress mental empêche la récupération et la coupure vie personnelle/ vie professionnelle car ces ruminations et inquiétudes liées au travail ont tendance à envahir progressivement la vie privée.

Le stress émotionnel

Catherine Vasey écrit : « Le milieu professionnel est très exigeant quant à notre vie émotionnelle. C’est un peu comme si un explorateur devait traverser la jungle habillé d’un costume cravate impeccable ». Le stress émotionnel peut être lié à plusieurs facteurs :

  • mauvaise ambiance
  • agressions verbales
  • critiques
  • conflits (entre personnes, entre services…)
  • censure émotionnelle (ne pas avoir ni le droit ni le pouvoir de se défendre en cas d’injustice)
  • exigences (du chef, des clients, des collègues…)

Ainsi, Catherine Vasey nous invite à identifier nos facteurs de risques au travail afin de définir l’équilibre ou le déséquilibre vécu entre la dépense d’énergie et les occasions de récupération. Elle rappelle que ce bilan est personnel parce que nous avons tous nos propres sources d’usure et des façons différentes pour les compenser par nos ressources internes et externes (amis, famille…) personnelles. Ce bilan peut se faire sous forme d’un tableau à deux colonnes :

  • une colonne Usure (les dépenses d’énergie en lien avec les facteurs de stress mentionnés plus haut)
  • une colonne Ressources (les gains d’énergie)

Catherine Vasey rappelle que ce travail d’identification est une première étape importante en cas de difficultés au travail et ouvre la voie à un travail sur les causes de l’atteinte à nitre santé. Elle prévient cependant que les causes du burn out sont complexes : elle se trouvent à la fois dans le poste occupé (facteurs de risques externes) et dans des causes individuelles (facteurs de risques internes) tels que le corps, l’histoire personnelle, l’attitude au travail, la vie privée et l’âge.

………………………………….
Source : Comment rester vivant au travail – Guide pour sortir du burn out de Catherine Vasey (éditions Dunod)

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*