(Re)créer des liens de communauté pour plus de bonheur et de résilience

liens de communauté bonheur résilience

(Re)créer des liens de communauté pour plus de bonheur et de résilience

Meik Wiking est président de l’Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague. Dans son livre Le livre du Lykke, il explique qu‘un des piliers du bonheur est le fait de passer du temps (en quantité et en qualité) ensemble.

Ce que l’Institut de recherche sur le bonheur et le Rapport mondial sur le bonheur ont découvert, c’est que les pays les plus heureux ont un fort sens de la communauté et que les gens les plus heureux ont quelqu’un sur qui compter en cas de besoin. Ce n’est ainsi pas du tout un hasard si les Danois comptent à la fois parmi les plus heureux du monde et parmi ceux qui passent le plus de temps avec leurs famille et amis, confiants que leurs proches seront là pour les rattraper s’ils tombent. – Meik Wiking

J’ai apprécié cet aspect de cet ouvrage sur le bonheur parce qu’il met la lumière sur l’importance de la solidarité et du lien social, en insistant sur le rôle des pouvoirs politiques et sur les valeurs véhiculées par la culture. On n’est pas ici dans un livre de développement personnel mais bien dans une démarche de développement collectif, remettant au cœur du sujet (le bonheur) l’action politique et collective.

Le fait de se sentir membre d’une communauté solide satisfait le besoin d’appartenance et de soutien. Comme le fait d’appartenir à une « tribu » a un effet positif sur le bien-être (et augmente la résilience face à des chocs tels que nous risquons d’en connaître de plus en plus avec les risques d’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle), nous pouvons (ré)apprendre à créer une communauté en commençant par un esprit de communauté dans nos quartiers.

Meik Wiking propose cinq pistes pour « faire pousser une communauté » :

1.Créer un annuaire pour notre rue ou notre immeuble (toquer à la porte des voisins ou glisser un formulaire dans la boîte aux lettres pour créer une liste avec les coordonnées et les compétences)

2.Installer une boîte à livres (ou une boîte de troc) pour créer un esprit d’échange et lancer des conversations autour des goûts (et ça rend l’entrée d’un immeuble plus accueillante)

3.Vivre dans les espaces privés ouverts (s’asseoir sur un banc pour regarder passer les gens et les saluer, un arbre qui fait de l’ombre sous lequel libre, passer du temps dans l’avant cour de l’immeuble ou de la maison…)

4.Construire un (bout de) jardin partagé (un petit bout de terre peut être utilisé pour planter quelques plants de légumes ou plantes aromatiques faciles d’entretien, il est possible de reprendre l’idée des Incroyables Comestibles pour laisser les passants se servir librement)

5.Lister et partager ses outils (un catalogue d’outils à partager peut être un moyen d’apprendre à connaître ses voisins)

…………………………..
Source : Le Livre du Lykke de Meik Wiking (éditions Pocket)

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*