Minimalisme et vie numérique : quelques conseils pour se déconnecter

minimalisme vie numérique conseils se déconnecter

Minimalisme et vie numérique : quelques conseils pour se déconnecter

J’ai un rapport que je qualifierai de raisonnable avec les écrans. Bien que je sois blogueuse (3 blogs différents) et indépendante à mon compte, j’ai décidé volontairement de retreindre mon usage des écrans. Nous n’avons pas de tablette à la maison et mon téléphone est un smartphone basique avec peu d’espace de stockage. J’y ai supprimé de nombreuses applications présentes d’office et en ai téléchargées très peu (avec quelques jeux pour ma fille de 8 ans). J’ai fait le choix d’être assez peu présentes sur les réseaux sociaux (je ne suis pas présente sur Instagram par exemple avec mes blogs et je n’ai ni Twitter ni Pinterest sur mon téléphone, je n’y accède qu’avec l’ordinateur).

Je consulte encore trop mon téléphone à mon goût (notamment les notifications de commentaires sur les blogs et les comptes Facebook…) et nous avons mis en place un code avec ma fille. Quand elle se sent exclue parce que je consulte mon téléphone en sa présence, elle me dit « vieille chaussette pourrie » parce qu’elle se sent justement mise de côté comme une vieille chaussette. C’est le signal pour que je pose mon téléphone pour le reste de la journée :).

L’ordinateur est systématiquement éteint quand ma fille est là (ainsi que la multiprise qui l’alimente 🙂 ). Nous le rallumons si elle veut regarder une émission (elle est fan de C’est pas sorcier 🙂 ). Nous ne regardons jamais la télévision mais nous regardons régulièrement des dessins animés ensemble (DVD achetés ou alors emprunté à la médiathèque). Elle ne regarde quasiment jamais les écrans seule : regarder les écrans est vraiment une activité familiale, un temps passé ensemble. Je crois que cette gestion des écrans lui convient parce qu’elle réclame très peu les écrans (elle joue un peu avec les jeux de mon smartphone mais de manière ponctuelle et cela lui arrive fréquemment d’arrêter d’elle-même parce qu’elle sent qu’elle a mal à la tête ou parce qu’elle en a marre).

Il peut arriver que nous n’allumions aucun écran pendant plusieurs jours d’affilée (sauf ceux que j’utilise moi-même pour travailler et blogguer). J’éteins systématiquement le Wifi du modem dès que ma fille est à la maison (et le rallume seulement pour regarder des vidéos comme je le mentionne plus haut).

Cette gestion des écrans nous convient pour l’instant (ma fille n’a que 8 ans… on en reparle à l’adolescence, hum hum !). Je crois que cette gestion tient plus à mon envie de partager du temps de qualité ensemble qu’à une peur des méfaits des écrans. Pour avoir travaillé avec des enfants dits « en difficulté scolaire », j’ai vu que les écrans et jeux (sur tablette notamment) peuvent être vecteurs d’apprentissage informel et autonome… parfois (souvent même) plus efficaces que des leçons ou des cours.

Par ailleurs, je travaille principalement à la maison, ma fille est fille unique et elle est un week-end sur deux chez son père… donc je ne suis pas submergée par la gestion du quotidien à courir après le temps en permanence et à chercher des moyens d’avoir des temps calmes pour m’occuper de la logistique à la maison.

Je lisais récemment un livre sur le minimalisme et un chapitre y est consacré à la vie numérique. Comme je me retrouve assez dans les points soulevés, j’avais envie de les partager avec vous.

L’autrice, Anne Sophie Monod, y écrit qu’elle refuse d’être connectée pendant ces moments-là et à ces endroits-là :

  • Au réveil : consulter le smartphone ne doit jamais être le premier geste du matin selon elle.
  • Lors d’un rendez-vous, qu’il soit amical, amoureux, médical ou professionnel (le smartphone reste hors de portée de main et d’oreilles).
  • Pendant l’heure qui précède le coucher/ dans la chambre à coucher, particulièrement le soir.
  • La nuit.
  • Le dimanche matin, voire même toute la journée.
  • Lors d’un une tâche domestique dans la maison (préparation du repas, couture, etc.).
  • Lors d’un moment de détente (lecture, musique, etc.).
  • Dans la salle de bains.

Anne Sophie Monod propose une petite astuce en famille : il s’agit de créer un rituel familial en récoltant tous les smartphones de la famille le soir (à une heure convenue ensemble), éteints, dans une boîte qui reste fermée jusqu’au lendemain matin. [EDIT] Nous avons mis en place d’un commun accord avec ma fille d’un couvre feu et une boîte trône fièrement dans le salon pour déposer mon smartphone pour la nuit.

 

Anne Sophie Monod livre également quelques conseils pour se déconnecter :

  • Installer des applications qui aident à déconnecter (comme les applications Forest et Offtime)
  • Désactiver le signal sonore des messages et notifications (voire désactiver les notifications directement dans les applications)
  • Lors de temps de travail, ne laisser aucune fenêtre ouverte connectée à Internet (réduire la fenêtre ne compte pas, il faut vraiment la fermer)
  • Supprimer les jeux et toutes les applications qui font plus perdre du temps qu’autre chose et qui ne servent pas vraiment. En effet, tous ces jeux et ces applications créent des tentations perpétuelles et laissent peu d’espace-temps libre.
  • Allumer le smartphone le plus tard possible dans la journée et l’éteindre le plus souvent possible dans la journée, puis le plus tôt possible dans la soirée (pour ma part, mon téléphone est en mode avion la nuit).
  • Actualiser la liste d’amis sur Facebook. N’êtes-vous pas pollué quotidiennement par la lecture de posts souvent insignifiants de personnes que vous ne connaissez pour ainsi dire pas ? nous demande Anne-Sophie Monod…
  • S’efforcer de ne pas toujours lire immédiatement les messages reçus (On ne vous siffle pas comme un chien, nous rappelle Anne-Sophie Monod !)
  • Garder le contrôle de l’espace numérique qui doit être le plus allégé possible. Idéalement, le bureau de l’ordinateur ne doit rien contenir, ou au maximum un dossier accueillant tous les documents des dossiers en cours pas encore classés. Les documents dans ce dossier de transit ne doivent pas y rester plus d’une semaine.

……………………………………………………………………………………………..

Source : Devenir minimaliste, c’est malin : les meilleures astuces pour alléger votre intérieur et retrouver forme, vitalité, joie et dynamisme de Anne-Sophie Monod  (Edition Leduc S.)

Commander Devenir minimaliste, c’est malin  sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

  • La base du rangement efficace et du minimalisme Le surplus d’objets, en plus d’épuiser toute votre énergie, vous contraint à une terrible léthargie. Vous ne faites rien à part le minimum de la routine quotidienne, et encore, mal. Pas de pulsion de vie, pas d’élan créatif. Offrez-vous ce luxe que…
  • 6 questions clés pour une maison désencombrée et minimaliste Dans son livre Devenir minimaliste, c'est malin, Anne-Sophie Monod propose des clés concrètes du minimalisme à mettre en place dans notre intérieur mais aussi dans nos habitudes de consommateurs minimalistes débutants.   Chaque objet en trop dans votre intérieur est une…
  • Minimalisme et désencombrement : explorer son rapport sentimental aux objets Quand on pense minimalisme, on pense désencombrement et le désencombrement peut se révéler difficile dans le sens où il y a tout un tas d'objets dont nous nous voyons mal nous séparer (les dessins des enfants, des cadeaux de la…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*