On apprivoise les émotions comme on apprivoiserait un animal intérieur

On apprivoise les émotions comme on apprivoiserait un animal intérieur

On apprivoise les émotions comme on apprivoiserait un animal intérieur

Je vous propose 15 affirmations pour comprendre pourquoi on apprivoise les émotions comme on apprivoiserait un animal intérieur. Ces affirmations sont inspirées par le travail de Catherine Aimelet-Périssol, spécialiste des émotions et autrice du livre Émotions : quand c’est plus fort que moi ! (Leduc S).

  1. La peur, la colère, la tristesse sont qualifiées de négatives alors qu’elles ont des informations précieuses à nous apporter que nous gagnerions à écouter pour pouvoir s’en libérer.
  2. L’émotion est la solution qu’a trouvée notre corps pour agir et réagir face à certaines situations. L’émotion est d’abord un signal et une solution !
  3. L’émotion n’est pas quelque chose qu’on décide d’éprouver mais c’est quelque chose qui s’impose complètement au corps. Tout le corps est comme saisi, n’est plus à l’aise et cherche un moyen de retrouver l’équilibre.
  4. Les émotions n’ont pas vocation à être maîtrisées mais à être comprises, accueillies et apprivoisées.
  5. Plus on chercher à endiguer une émotion, plus elle déborde ou revient sous une autre forme plus tard.
  6. L’émotion est une façon de répondre à l’intention de vivre.
  7. On ne gère pas ses émotions au sens de contrôler, de contenir mais au sens de conduire avec l’idée de se conduire pour aller quelque part.
  8. L’émotion dit quelque chose de la façon de rester debout, de rester vivant face aux épreuves de la vie.
  9. C’est en l’acceptant que l’émotivité peut s’atténuer avec le temps.
  10. L’émotivité est précisément ce qui me permet de vivre : une voie a été empruntée et a fini par devenir une habitude de vie, une personnalité qui fait qu’on se sent plus vivant, plus existant, plus présent.
  11. Avant de vouloir la gérer, il faut prendre la mesure de ce que l’émotion ramène comme vitalité. Il y a « vie » dans vitalité.
  12. La question de vouloir gérer l’émotivité est une impasse.
  13. La vraie question est : comment est-ce que je peux répondre à mes besoins autrement que par mon hyper émotivité/ mon angoisse/ mon exagération de tout.. ? L’enjeu est plus d’écouter le désir de vie, d’identité et de sécurité que de contrôler les émotions.
  14. Les émotions répondent toujours aux besoins de survie dans une situation donnée et les émotions ne cessent de nous interpeller sur notre manière de répondre à notre propre vie.
  15. Sans émotion, on ne peut pas être un être humain. L’être humain est constitué pour être en résonance et sensible à son environnement sans oublier ses besoins d’identité et de sécurité, d’être soi avec l’autre (« moi-nous »).

…………………………………………………

Pour aller plus loin : Émotions : quand c’est plus fort que moi ! de Catherine Aimelet-Périssol (éditions Leduc S.)

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*