Un petit exercice pour faciliter la prise de parole à l’oral et la peur de s’exposer

peur prise parole à l'oral

Un petit exercice pour faciliter la prise de parole à l’oral et la peur de s’exposer

Dans son livre Dépasser les limites de la peur , Giorgio Nardone, thérapeute systémique, expose en quoi les thérapies brèves peuvent aider les personnes en proie à la phobie à dépasser leurs peurs phobiques, notamment la peur de s’exposer et de prendre la parole en public.

Nardone prend l’exemple d’un homme dépassé par la peur de se bloquer et perdre ses moyens durant une présentation orale. Cette peur se manifestait par de l’anxiété et des somatisations (maux de ventre, tachycardie, respiration haletante, transpiration, etc.). Ces somatisations lui faisaient précisément craindre le pire ce qui le conduisait à contrôler les manifestations physiques de son corps et à éviter les situations qu’il estimait dangereuses (il avait notamment annulé une conférence qu’il devait donner).

Par conséquent, sa tendance à contrôler ses réactions s’était renforcée, le faisant tomber dans le piège de la prophétie qui s’auto-réalise. Quiconque se met à vouloir contrôler ses fonctions physiologiques, finit par les modifier précisément au cours de la tentative faite pour les contrôler. – Giorgio Nardone

Nardone estime que les humains construisent le piège dans lequel ils tombent ensuite et duquel ils ne parviennent plus à ressortir. Sa suggestion est donc de déplacer l’attention de ces personnes sur des actions, de la déplacer du « contrôle de soi sur un autre phénomène ».

C’est dans cet esprit que Nardone a prescrit ce petit exercice qui s’appuie sur deux piliers :

  • Durant l’heure qui précède la prise de parole en public, se concentrer sur tout ce que l’ imaginaire pourra produire de pire et y focaliser toute l’anxiété pour en ressentir moins par la suite.
  • Lors de la prise de parole, dire en introduction : « Chers collègues, je vous prie de m’excuser par avance si, durant cette conférence, il m’arrive de rougir, de transpirer ou de perdre le fil de mes propos car, dernièrement, je ne suis pas en grande forme. »

Nardone rappelle que la fragilité expressément déclarée cesse d’être telle et devient un point fort.

……………………………………………………………..

Source : Dépasser les limites de la peur de Giorgio Nardone (éditions Enrick B.).

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*