Le privilège de l’épreuve : un exercice de psychologie positive pour prendre conscience de l’imbrication bonheur/souffrance

Bonheur et souffrance, travail et plaisir, efforts et oisiveté

Dans son livre L’apprentissage du bonheur, Tal Ben Shahar propose un exercice pour nous inciter à arrêter d’opposer souffrance et bonheur, travail et plaisir, efforts et oisiveté.

En percevant l’école ou le travail comme un labeur forcément déplaisant, on s’interdit de prendre plaisir au processus d’apprentissage, de création, de relation sociale, de compréhension.

La notion de labeur acharné comme châtiment est si bien ancrée dans nos civilisations que nous inclinons à dépeindre le paradis – lieu idéal de l’existence idéale – comme exempt de toute peine, et bien sûr de travail. Il s’avère pourtant qu’en ce bas monde, pour être heureux, on a besoin de travailler. – Tal Ben Shahar

Le travail a ici une signification bien particulière qu’on retrouve dans la théorie du « flow » (ou expérience optimale) de Mihaly Csikszentmihalyi. 

La psychologie positive a montré que l’amélioration des conditions de vie n’améliore pas nécessairement la qualité de la vie. Avec la richesse et le pouvoir, l’escalade des attentes conduit à de nouvelles exigences (plus de confort, plus d’argent, plus de loisirs, plus de possessions matérielles…), si bien que le niveau de bien-être désiré demeure toujours éloigné.

Csikszentmihalyi ajoute que cette escalade incessante des désirs et ambitions n’est pas problématique aussi longtemps que l’individu trouve plaisir et joie dans le processus, la démarche vers cet objectif. Le problème surgit quand un individu est tellement obsédé par l’objectif qu’il cesse de trouver du plaisir, de la joie dans le présent : il perd la chance de connaître l’enchantement, l’expérience optimale.

Ce n’est pas ce que nous possédons qui améliore la qualité de la vie, mais ce que nous éprouvons vis-à-vis de nous mêmes.

Pour acquérir la maîtrise de la qualité de l’expérience, il faut apprendre à trouver la joie à partir de ce qui arrive quotidiennement. Chacun est l’artisan de son bonheur, de sa qualité de vie à travers le contrôle de son expérience consciente, la possibilité qu’il se donne de vivre des expériences optimales.Csikszentmihalyi

Les gens connaissent davantage l’état de flow à l’école ou au travail que chez eux.

citation bonheur psychologie positive

Le privilège de l’épreuve : un exercice de psychologie positive pour exploiter une crise

Une vie sans aucune lutte ni aucun conflit n’est pas forcément ce qui peut nous arriver de meilleur.

Tal Ben Shahar propose donc un exercice pour nous amener à réaliser que ce qui nous arrive n’est bien sûre pas systématiquement positif mais que l’adversité peut jouer un rôle important dans notre évolution.

Mettre par écrit une épreuve pénible que nous avons affrontée (échec personnel, période de doute ou de stress intense, maladie…)

Décrire cette épreuve avec le plus de détails possible

Décrire les mots désagréables prononcés à notre encontre, les besoins non satisfaits, les sensations et émotions douloureuses ressenties à  l’époque, la souffrance associée, les changements de vie difficile imposés…

Préciser les leçons apprises à cette occasion et les bénéfices d’abord invisibles et désormais déduits de cette épreuve

  • Quels ont été les avantages ? Quels changements ont finalement apporter des éléments positifs ? 
  • Quels enseignements ont été tirés de cette épreuve douloureuse ?
  • Sommes-nous capables, depuis, de mieux apprécier certaines choses ?

Cet exercice est d’autant plus efficace quand il est effectué en groupe.

……………………………………………………………………………………………………………

Source : L’apprentissage du bonheur de Tal Ben Shahar (Pocket Editions). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander L’apprentissage du bonheur sur Amazon ou sur Decitre.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*