Quand cesse la relation…

quand cesse la relation

Quand cesse la relation..

Pour celles et ceux qui vivent la séparation, le paradoxe est de faire AVEC, c’est-à-dire de parler et penser l’absence. Même si c’est mathématiquement absurde, c’est mentalement possible et nécessaire à la logique de vie afin que celui ou celle qui est privé.e de l’autre se retrouve, petit à petit. – Catherine Aimelet-Périssol (psychothérapeute, spécialiste des émotions)

Catherine Aimelet-Périssol nous invite à nous poser des questions d’introspection pour penser la relation disparue et cicatriser du manque de l’autre en mettant au jour les émotions qui accompagnent nos réactions au manque (rupture, départ des enfants, décès, divorce…) :

  • quelle émotion m’envahit à l’évocation de la rupture, de la fin de la relation ?
  • de quoi suis-je privé.e du fait de cette absence ?
  • de quoi est-ce que je manque ?
  • de quoi ai-je besoin ?
  • qu’est-ce que l’autre me donnait et que je n’ai plus ?
  • qu’est-ce que je donnais à l’autre qui, aujourd’hui, a perdu son sens puisque, en partant, c’est comme si il/elle me le refusait ?
  • qu’est-ce que je projette sur l’autre qui est parti ? dans ces projections, qu’est-ce qui est révélateur de mes propres peurs, de mes propres manques ?
  • cette perte m’apporte-t-elle également une part de libération ? comment je me sens par-rapport à cette nouvelle liberté ?
  • comment puis-je m’apporter à moi-même ce dont j’ai besoin ? -> Voir ici les notions d’auto compassion et d’auto parentage

Ces questions visent à nous permettre de réinvestir notre propre territoire malgré l’absence de l’autre…. ou justement grâce à elle. Alors même que l’autre est absent, il s’agit de partir de soi pour re-penser la relation et panser la blessure du manque. Catherine Aimelet-Périssol prévient : la blessure ne disparaît pas tout à fait car une blessure fermée devient cicatrice.

Il s’agit de permettre à la souffrance de se transformer en chagrin, à la colère, à l’angoisse ou à la dépression de faire place à la possibilité de revenir à son intégrité d’être. On nomme cela faire son deuil, ce qui rend compte du processus de création de « soi sans l’autre ». – Catherine Aimelet-Périssol

 

…………………………………………..

Comment apprivoiser son crocodile : décoder le sens caché de vos émotions pour une vie plus harmonieuse de Catherine Aimelet-Périssol (éditions Pocket).

Commander Comment apprivoiser son crocodile sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*