Reformuler nos messages internes critiques (avec la Communication Non Violente)

reformuler messages internes critiques

Reformuler nos messages internes critiques (avec la Communication Non Violente)

Dans son livre Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs), Marshall Rosenberg (fondateur de la Communication Non Violente) propose de reformuler nos messages internes critiques contenant des jugements sur nous-mêmes en s’appuyant sur la tournure :

  • Quand (description du problème),
  • je me sens (émotions et sentiments)
  • parce que j’ai besoin de (besoins fondamentaux et profonds).
  • Par conséquent, je voudrais maintenant (demande dans les faits).

Ainsi, un message tel que « Je suis en train de gâcher mes talents à force de rester à la maison pour m’occuper des enfants. Mais je ne peux pas laisser les enfants. Je suis une mauvaise mère. » peut devenir :

  • Quand je passe tout ce temps à la maison avec les enfants sans exercer ma profession
  • je me sens déprimée et découragée
  • parce que j’ai besoin de la satisfaction et du sens que me procurait mon métier.
  • Par conséquent, je voudrais maintenant travailler à mi temps dans mon domaine de compétence.

Cette première reformulation s’adresse au début du message et une reformulation plus poussée pourrait s’adresser au deuxième message :

  • Quand j’envisage d’aller travailler,
  • je me sens effrayée et coupable
  • parce que j’ai besoin de savoir que les enfants sont heureux et entre de bonnes mains.
  • Par conséquent, je voudrais maintenant chercher une personne de confiance et une organisation avec mon conjoint pour nous assurer à tous une bonne qualité de vie familiale et du temps ensemble.

Cette approche permet de traduire les messages intérieurs aliénants en auto empathie. Le fait de poser des mots à travers le processus de la Communication Non Violente (CNV) offre un profond soulagement (même s’il ne résout pas en soi les problèmes pratiques d’organisation).

Marshall Rosenberg va jusqu’à dire que savoir écouter nos sentiments et nos besoins et les écouter avec empathie peuvent nous libérer de la dépression.

Lorsque nous sommes empêtrés dans des pensées comportant des critiques, des reproches ou de la colère, il est difficile d’établir un environnement intérieur sain. La CNV nous aide à nous mettre dans un état d’esprit plus serein en nous encourageant à focaliser notre attention sur ce que nous voulons réellement plutôt que sur nos défaillances ou celles des autres. – Marshall Rosenberg

……………………………………………………………………………………….

Source : Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) de Marshall Rosenberg (éditions La Découverte) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) sur Amazon ou sur Decitre

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*