6 piliers du sentiment amoureux selon la psychologie positive

6 piliers du sentiment amoureux selon la psychologie positive

6 piliers du sentiment amoureux selon la psychologie positive

1.Passer du temps de qualité ensemble

Diener et Seligman sont deux professeurs spécialisés en psychologie positive. Ils ont étudié un certain nombre de gens qui se disaient « très heureux » en les comparant à des gens qui se disaient moins heureux. L’unique facteur externe qui distinguait les deux groupes était la présence d’un « relationnel enrichissant et satisfaisant ».

Pour être heureux, il est indispensable (mais pas suffisant) de passer du temps de qualité avec les gens aimés et qui aiment en retour.

Quand on a autour de soi des êtres chers pour partager notre existence, avec les divers événements, états mentaux et sentiments qui la composent, on intensifie son vécu signifiant, on se console quand on souffre, on approfondit sa joie de vivre. – Tal Ben Shahar (auteur de L’apprentissage du bonheur)

2.Aimer et être aimé d’un amour inconditionnel

Le psychologue spécialisé en relation parents/ enfants Winnicott a observé que les enfants jouant à proximité immédiate de leur mère ont des jeux plus créatifs que les autres. Ils sont très créatifs tant qu’ils sont dans un certain périmètre autour d’elle, une sorte de cercle de créativité. Dans ce cercle, les enfants se sentent en sécurité affective et physique du fait de la présence d’une personne qui les aime de manière inconditionnelle et peuvent donc prendre des risques, échouer, se relever, recommencer.

Les adultes n’ont pas besoin d’être physiquement proches de leurs êtres chers pour se trouver dans un cercle de sécurité et de créativité. Mais le seul fait de se savoir aimé de manière inconditionnelle créer un espace virtuel de confiance.

L’amour inconditionnel créer un cercle de bonheur équivalent, où l’on se sent poussé à rechercher les choses signifiantes et plaisantes pour nous. On y éprouve la liberté de s’adonner à ses passions, indépendamment de toute notion de prestige ou de réussite. L’amour inconditionnel constitue les fondations de la relation amoureuse heureuse. – Tal Ben Shahar

3.Sens et plaisir, équilibre entre plaisir immédiat et à venir

Si l’amour inconditionnel est essentiel aux relations amoureuses heureuses, il est en lui-même et par lui-même insuffisant, là encore. Sens et plaisir, bénéfice immédiat et à venir sont aussi indispensables à l’instauration d’un bonheur à longue échéance dans la vie amoureuse. – Tal Ben Shahar

Tal Ben Shahar décrit plusieurs écueils qui compromettent les relations amoureuses :

  • les couples qui se forment en prévision d’un gain futur (parce qu’être ensemble les aidera socialement, professionnellement, financièrement…)
  • les couples dont les deux partenaires passent peu de temps ensemble (parce qu’ils travaillent dur pour assurer la sécurité financière du foyer par exemple)
  • les couples dont l’un ou les deux partenaire(s) confond(ent) plaisir et bonheur dans une relation sans fondement signifiant qui transcende la gratification immédiate
  • les couples dont l’un ou les deux partenaire(s) se met(tent) en couple parce que c’est dans l’ordre de choses (âge, pression sociale et/ou familiale, tous les amis sont en couple…)

4.Un amour qui ne rime pas avec sacrifice

Sacrifice n’est pas synonyme de vertu. Rester avec un.e partenaire « pour son bien » ou consentir des sacrifices de manière déséquilibrée conduira les deux partenaires au malheur. Avec le temps, les personnes qui se sacrifient finissent par en vouloir à l’autre de les priver de sens et de plaisir (d’autant plus qu’ils pourraient obtenir ce sens et ce plaisir ailleurs).

Par ailleurs, le ou la partenaire sera malheureux.se de savoir que l’autre reste parce qu’il ou elle s’y sent obligé.e et non pas parce qu’il ou elle en a envie.

Même chez ceux qui s’aiment et ont envie d’être ensemble, le bonheur peut être sapé par la croyance erronée « Sacrifice égale amour » et que plus grand est ce sacrifice, plus fort est l’amour. – Tal Ben Shahar

Tal Ben Shahar admet qu’il est difficile de distinguer un comportement de type sacrificiel d’une aide, d’une assistance, d’un compromis dans un couple. La seule façon d’opérer un tri entre le nocif (les sacrifices) et le bénéfique (aider, assister l’autre, faire des compromis volontaires et éclairés) est d’évaluer la relation dans son ensemble en prenant comme critère le niveau de bonheur des deux partenaires.

Le compromis est un élément naturel et sain de toute relation, et à des moments différents chaque membre du couple renonce à un degré de sens et de plaisir pour le bien de l’autre; mais, dans l’ensemble, la relation doit être avantageuse pour les deux – tous deux doivent être plus heureux parce qu’ils sont ensemble. – Tal Ben Shahar

5.L’envie de se faire connaître de l’autre

Pour David Schnarch, sexothérapeute, si l’on veut cultiver une authentique intimité, il est important d’éprouver le désir d’être connu.e par le ou la partenaire.

Pour que l’amour-passion grandisse avec le temps, les deux partenaires doivent avoir envie de se faire connaître de l’autre, qui implique qu’ils dévoilent progressivement les aspects les plus intimes de leur personnalité (désirs, craintes, émotions) même si ceux-ci ne les montrent pas sous leur meilleur jour. – Tal Ben Shahar

Le fait d’être ensemble, même dans des tâches domestiques insignifiantes partagées, devient plus enrichissant et source de satisfaction quand on ne cherche plus à être reconnu, validé, approuvé, félicité par l’autre mais simplement connu de lui et accueilli par lui.

6.Cultiver la relation qu’on a choisie

Tal Ben Shahar regrette que les films montrent souvent la quête de l’amour, la rencontre amoureuse puis s’achèvent sur la fin « ils vécurent heureux jusqu’à la fin ». Dans la réalité, c’est précisément cette fin qui s’étire dans le temps qui amène son lot de défis et de difficultés.

En croyant à tort que du moment qu’on a trouvé l’amour, on est assuré de vivre dans la béatitude éternelle, on néglige le voyage – le quotidien, les événements qui transforment la relation. Le vrai labeur débute après qu’on est tombé amoureux. Et dans la relation amoureuse, le travail consiste à cultiver l’intimité. – Tal Ben Shahar

…………………………………………………………

Source : L’apprentissage du bonheur de Tal Ben Shahar (éditions Pocket)

Commander L’apprentissage du bonheur sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

  • Les couples heureux Les couples heureux ne sont pas plus intelligents, plus riches ou plus psychologues que les autres, mais, dans leur vie quotidienne, ils sont parvenus à établir une dynamique qui empêche leurs pensées ou sentiments négatifs à l’égard de l’autre d’éradiquer leurs pensées ou leurs sentiments positifs. - Rébecca Shankland…
  • Les pense-bêtes quotidiens du bonheur : un outil  pour appliquer les concepts de la psychologie positive dans notre vie Dans son livre "Apprendre à être heureux" (éditions Pocket), Tal Ben-Shahar nous invite à nous créer des "penses bêtes" quotidiens : les points essentiels que nous aimerions garder en mémoire pour appliquer…
  • 8 phrases à compléter pour franchir les barrières qui empêchent l'accès au bonheur Dans son livre Apprendre à être heureux, Tal Ben-Shahar propose un exercice pour dépasser un obstacle majeur dans la poursuite du bonheur : le sentiment personnel que, quelque part, nous ne sommes pas dignes de bonheur. Pour…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*