Le gaslighting (faire douter la victime de sa mémoire ou de sa santé mentale) : une forme de violence psychologique à connaître pour s’en libérer

gaslighting violence psychologique

Le gaslighting (faire douter la victime de sa mémoire ou de sa santé mentale) : une forme de violence psychologique à connaître pour s’en libérer

La gaslighting, un “lavage de cerveau”

Le gaslighting est une technique de violence psychologique redoutable qui consiste à faire douter la victime de sa mémoire ou carrément de sa santé mentale. Les personnes qui ont recours au gaslighting passent par des phrases disqualifiant l’autre, du type “C’est dans ta tête” ou “Tu es trop sensible”.

Le gaslighting prend la forme d’une manipulation permanente dans une sorte de “lavage de cerveau” qui amène la personne qui en est victime à perdre ses repères (perte de contact avec ses sensations corporelles, avec ses perceptions issues des cinq sens, avec ses émotions ressenties ou encore avec son identité personnelle).

Le gaslighting peut prendre plusieurs formes :

  • présenter certains faits de façon tronquée,
  • modifier quelques éléments du souvenir initial en disant à la personne manipulée qu’elle a tout inventé, ou qu’elle perd la raison.

Cette forme de violence psychologique peut émerger dans tout type de relation : relation de couple, relation de travail, relations politiques (quand il y a propagande d’Etat par exemple).

Dans son livre Votre cerveau vous joue des tours, Albert Moukheiber illustre en quoi consiste le gaslighting avec cet exemple :

Dans le cadre du travail, lorsqu’un patron fait de lourds reproches à un employé, allant jusqu’à le harceler moralement pour le pousser à craquer, mais qu’il en reparle quelques jours après sur le ton de la rigolade, disant à son employé qu’il n’y avait rien de méchant et qu’il ne fallait pas mal le prendre, il le désoriente pour qu’il doute de son souvenir de l’événement. Ainsi son employé continuera à le craindre, mais n’osera pas aller porter plainte pour harcèlement.

Reconnaître la nature du gaslighting, une forme particulière de violence psychologique

Ce qui est important à garder en tête quand on parle de violence psychologique est son caractère répétitif . Quand une personne dit une fois à une autre qu’elle ne devrait pas penser ainsi ou que ses émotions sont disproportionnées, il ne s’agit pas de violence psychologique. Il peut s’agir d’indélicatesse, d’une manque de courtoisie ou d’empathie, ou encore d’une maladresse.

La personne autrice de violence psychologique se reconnaît également au fait qu’elle ne se remet pas en question malgré les protestations de la victime qui exprime sa souffrance, ses limites et formule des demandes en vue d’un changement dans la dynamique de la relation.

Identifier les victimes de gaslighting

9 signes révélateurs

On peut identifier si on est victime de gaslighting à partir de quelques signes révélateurs :

  • Les auteurs de gaslighting
    • La personne qui utilise le gaslighting rappelle systématiquement à sa victime ses défauts, ses manques, ses erreurs, de manière à lui faire comprendre qu’elle a toujours tout faux, qu’elle n’en fait jamais assez.
    • La personne qui utilise le gaslighting ne formule pas des critiques à l’égard de sa victime pour ouvrir le dialogue en vue d’un changement positif mais simplement pour rabaisser sa victime dans une relation de pouvoir asymétrique .
    • La personne qui utilise le gaslighting ne supporte pas les critiques : si sa victime ose la contre-dire, la première va contre-attaquer, accuser la victime d’affabuler, se trouver des excuses en faisant porter la responsabilité à sa victime ou encore accentuer le gaslighting.

 

  • Les victimes de gaslighting
    • La personne qui est victime de gaslighting vit dans un sentiment permanent d’insécurité car elle ne peut plus se fier à ses sensations et à ses émotions (ces dernières étant toujours disqualifiées) et a l’impression de marcher sur des oeufs si bien que son niveau de stress est très élevé.
    • La personne qui est victime de gaslighting peut développer des troubles de type obsessionnels pour éviter les remarques acerbes et satisfaire aux exigences du gaslighter.
    • La personne qui est victime de gaslighting finit par intérioriser les critiques de son bourreau et est comme colonisée par ses réflexions : comme le gaslighter vise à déformer les perceptions de sa victime, cette dernière finit par douter de ses propres sensations, émotions et pensées.
    • La personne victime de gaslighting dit souvent “je suis désolé.e” alors que c’est elle qui est maltraitée.
    • Certaines victimes vont jusqu’à protéger la personne qui les maltraite et l’excuser, afin d’éviter des représailles.
    • Certaines victimes vont donc endosser la responsabilité de la maltraitance (“c’est ma faute”, “c’est vrai que je suis trop sensible”, “j’ai ce que je mérite”).
    • La personne victime de gaslighting se sent seule et impuissante.
    • Non seulement les victimes ne savent plus ce qu’elles doivent penser et faire puisqu’elles ont été privées de leur boussole interne mais mais les gaslighters ont souvent mis un point d’honneur à couper leurs victimes de leur entourage.

Réagir face à une personne utilisant le gaslighting

Il est inutile de chercher à discuter et à raisonner avec une personne autrice de gaslighting. Comme sa stratégie est de disqualifier l’autre, elle va systématiquement répondre en l’accusant d’être hystérique, d’avoir perdu la raison ou de ne rien comprendre. Le gaslighter a l’art de faire passer sa victime pour le problème.

Pour la personne victime de gaslighting, mieux vaut affirmer avec calme qu’elle ne vit pas la même expérience que le gaslighter et qu’elle voit les choses différemment.

La fuite et la demande d’aide extérieure sont souvent les meilleures solutions.

Vous aimerez aussi...

  • Une technique de contre-manipulation : toute demande non exprimée n’existe pas. La manipulation repose sur des demandes masquées Dans son livre Le décodeur des violences psychologiques, Ariane Calvo explique que toute manipulation se caractérise par son côté « masqué » et détourné. Les manipulateurs et manipulatrices agissent ainsi afin d’obtenir…
  • Les reproches répétitifs et sous-entendus, une forme de violence psychologique destructrice Dans son ouvrage Les prisons familiales (Comprendre et agir), Anne-Laure Buffet rappelle que la violence psychologique est caractérisée par sa récurrence. Faire quelques fois des reproches relève plus de la maladresse ou de l'incompétence relationnelle que de la violence…
  • Comprendre le mécanisme des violences psychologiques   Dans l'émission de radio RCF Vers une parentalité bienveillante du 1er juillet 2019, Anne-Laure Buffet, psychothérapeute, est intervenue sur le thème des prisons familiales et des violences psychologiques. Elle y a défini les violences psychologiques et proposé des pistes pour les comprendre et…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*