La dissonance cognitive nous joue des tours (nous déformons la réalité pour concilier nos croyances et nos comportements)

La dissonance cognitive nous joue des tours

La dissonance cognitive nous joue des tours (nous déformons la réalité pour concilier nos croyances et nos comportements)

Dans son livre Votre cerveau vous joue des tours, Albert Moukheiber, docteur en neurosciences et psychologue clinicien, rappelle que, quand des informations entrent en désaccord avec nos préférences, nos convictions, nos croyances ou nos comportements, nous éprouvons un état de tension qui rompt notre homéostasie. L’homéostasie est un état d’équilibre interne pour conserver un fonctionnement moteur et cérébral optimal. Naturellement, le cerveau aspire à vouloir réduire cette tension.

Leon Festinger, psychosociologue américain, a théorisé ce mécanisme et l’a nommé “dissonance cognitive“. Festinger a défini trois étapes dans le processus de réduction de la dissonance cognitive :

1. identifier l’événement qui nous fait entrer en dissonance,

2. modifier son comportement ou sa croyance pour résoudre la tension interne,

3. si nécessaire, ajouter de nouvelles informations qui peuvent atténuer les effets de la dissonance.

La réduction de cette dissonance cognitive est un phénomène qui s’opère fréquemment dans notre vie quotidienne et qui démontre à quel point nous sommes capables de déformer la réalité pour concilier nos croyances et nos comportements.

Albert Moukheiber prend l’exemple de la fable du Renard et les Raisins de Jean de la Fontaine pour mieux comprendre la dissonance cognitive : « Certain Renard Gascon, d’autres disent Normand,

Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille

Des Raisins mûrs apparemment,

Et couverts d’une peau vermeille.

Le galand en eût fait volontiers un repas ;

Mais comme il n’y pouvait atteindre :

‘‘Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.’’

Fit-il pas mieux que de se plaindre ? »

Le renard affamé donnerait tout pour pouvoir croquer les fameux raisins mais son incapacité à les attraper crée en lui une tension. Le renard entre dès lors en dissonance. Pour retrouver son homéostasie cognitive, il préfère modifier la valeur attribuée aux raisins (Ils sont trop verts) et changer son opinion pour l’accorder avec son incapacité à les atteindre. Le renard s’auto persuade que les raisins ne sont pas bons et qu’il n’en veut pas alors qu’ils sont mûrs et qu’il meure de faim.

Albert Moukheiber remarque que, à l’image du renard, nous changeons constamment la valeur des informations qui nous parviennent et avec lesquelles nous interagissons à travers des mécanismes de réduction de la dissonance cognitive.

La réduction de la dissonance cognitive est à l’œuvre dans quasiment tout ce que nous entreprenons. L’important est d’en être conscients et de nous demander comment notre action ou notre cognition influence à un instant T la valeur que nous attribuons aux choses autour de nous, à nos relations sociales et à nos opinions.

………………………………………………………….

Source : Votre cerveau vous joue des tours de Albert Moukheiber (éditions Allary). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Votre cerveau vous joue des tours sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*