Notre style d’attachement (qui dépend de la manière dont nos parents nous ont traités) influencent nos relations amoureuses.

Notre style d'attachement (qui dépend de la manière dont nos parents nous ont traités) influencent nos relations amoureuses.

Notre style d’attachement (qui dépend de la manière dont nos parents nous ont traités) influencent nos relations amoureuses.

Dans son livre Attachement et théorie de l’esprit, Grazia Attili explique que la manière dont les personnes se positionnent dans la relation de couple est en lien avec les modèles opérants internes.

Quatre styles d’attachement sont définis à l’âge adulte et chaque style est associé à un modèle interne opérant :

  1. Sécure (modèle interne opérant libre autonome)
  2. Insécure anxieux ambivalent ou résistant (modèle interne opérant préoccupé/ enchevêtré)
  3. Insécure anxieux évitant (modèle interne opérant distant/ détaché)
  4. Insécure désorganisé (modèle interne opérant non résolu)

Dans la théorie de l’attachement, les modèles internes opérants sont les représentations mentales de soi-même et des autres qu’un humain forme dans les interactions avec sa figure d’attachement (FdA).

Les modèles internes opérants sont construits à partir des premières expériences affectives et, en particulier, de la disponibilité de la mère à répondre en cas de danger (notamment répondre aux pleurs des bébés ou écouter la colère et la frustration de son jeune enfant).

À l’origine des modèles opérants internes se trouve une série d’attentes sur la façon dont la figure d’attachement réagira en situation de stress physique et émotif ainsi qu’une série de prévisions sur le type de réaction de l’individu dans ces mêmes circonstances. – Grazia Attili

C’est la mémoire de ses propres réactions et de celles de la figure d’attachement en situations similaires dans le passé qui créent des attentes vis-à-vis des événements futurs chez les humains. Ces attentes permettent la meilleure adaptation possible à l’environnement et prennent la forme de schémas, comme des filtres dans la sélection et l’élaboration des informations ainsi que des réactions et comportements.

Ces styles d’attachement émergent en fonction des soins reçus dans les premières années de vie :

  • Sécure : l’individu se sent sécure par rapport à son besoin d’être protégé parce qu’il a une représentation mentale de sa figure d’attachement en termes de « base sécure », de laquelle il peut s’éloigner pour l’exploration et vers laquelle se rapprocher en cas de besoin. Il est libre de porter son attention et décoder, sans préjudice possible, les signaux provenant des contextes dans lesquels il vit et peut gérer au mieux les relations interpersonnelles. L’individu secure se sent digne d’être aimé et a confiance en lui-même et dans le autres.
  • Insécure Ambivalent : l’individu a une mauvaise confiance en soi et il perçoit la réalité externe comme dangereuse. Les autres sont perçus comme douteux et non dignes de confiance (à l’image de sa figure d’attachement).
  • Insécure Évitant : l’individu a confiance uniquement en lui-même, la réalité externe est perçue comme hostile et il met à distance les autres tou en considérant que ce sont les autres qui le rejettent.
  • Insécure Désorganisé : l’individu se sent menacé en permanence et adopte des comportements imprévisibles. Il se fait peur à lui-même et a peur des autres. La réalité externe est perçue comme catastrophique.

Lien entre style d’attachement et qualité des relations amoureuses

Attachement sécure

Les adultes qui ont un style d’attachement sécure décrivent des relations de couple heureuses et basées sur l’amitié ; ils savent aider l’autre et se faire aider et il sont en mesure de comprendre et de pardonner les erreurs de l’autre.

Ils pensent que l’amour éternel peut exister et même s’ils sont conscients que le côté romantique n’est pas permanent, ils n’excluent pas que l’intensité du début puisse réapparaître à nouveau. Mais, fondamentalement, ils font confiance à leur partenaire.

En cas de séparation, les adultes avec un attachement sécure peuvent parler de la souffrance liée à cet événement sans que le sentiment d’estime personnelle soit atteint.

Grazia Attili fait l’hypothèse qu’une telle capacité se base sur des expériences où l’enfant a pu compter sur une figure d’attachement fiable qui, à travers ses réponses, à permis à l’enfant de gérer la souffrance. La figure d’attachement permettait à la fois l’expression des émotions positives et négatives et a été disponible en cas de besoin.

Attachement insécure évitant

Les adultes qui ont un style d’attachement évitant base leurs relations amoureuses sur la peur de l’intimité, sur des hauts et des bas et sur une jalousie manifeste ou cachée.

L’aspect amical de la relation, comme pour les sécures, est amplifiée. Cependant, le besoin de poser des limites à l’intimité, à l’engagement et aux manifestations affectives prime sur tout le reste.

Ces adultes pensent que l’amour romantique décrit dans les romans ou dans les films n’existe pas dans la réalité car l’amour dure rarement toute la vie et qu’il est pratiquement impossible de tomber vraiment amoureux de quelqu’un. Par ailleurs, l’amour n’est pas indispensable au bonheur selon eux.

En cas de séparation, les adultes évitants ne savent pas reconnaître les émotions négatives, ne sont pas en contact avec la colère, n’ont pas d’anxiété (en particulier les hommes) et ne se montrent pas affectés par la fin de leurs relations sentimentales. Ils en sont, parfois, presque soulagés.

La façon dont les évitants régulent les émotions n’est pas surprenante car leurs modèles opérationnels se basent sur des figures d’attachement insensibles, pas aimantes et incapables de protéger.

Dans le but d’éviter les conflits avec ces figures, l’individu a appris à mettre de côté la colère, l’anxiété et la souffrance; il a également appris à ne pas demander de l’aide. Ces modalités sont utilisées dans les relations amoureuses avec le partenaire.

Attachement insécure ambivalent

Les adultes ambivalents ont profondément peur d’aimer, mettent constamment en doute l’amour de l’autre, sont obsédés par l’autre et par un engagement sans limites.

Ils ont tendance à idéaliser le partenaire et l’amour, ont des idées magiques et irréalistes sur la façon de trouver le partenaire idéal, sont fusionnels et leurs émotions oscillent entre des hauts et des bas douloureux.

Ils sont excessivement jaloux comme d’ailleurs excessive est l’attraction qui caractérise la relation. Ils tombent facilement amoureux mais pour des raisons différentes des évitants, ils pensent qu’il est presque impossible de trouver le véritable amour.

En cas de séparation, les adultes ambivalents sont très angoissés et expriment beaucoup de colère car pour maintenir le contact avec des figures d’attachement imprévisibles, ils ont dû utiliser des signaux forts. Quand le couple se sépare, ces personnes sont surprises et bouleversées et leur estime de soi baisse.

 

Conflits dans les relations amoureuses et styles d’attachement

Les modèles internes opérants de l’attachement influencent la gestion des conflits au sein de la relation amoureuse (Feeney, 1994).

Attachement sécure chez les deux partenaires

Les couples qui partagent un style insécure ont du mal à surmonter leurs conflits car les deux partenaires sont incapables de se soutenir, de comprendre les besoins et les attentes de l’autre.

Les couples sécures sont davantage enclins au compromis, sont plus flexibles et utilisent des stratégies constructives qui permettent d’améliorer la qualité de la relation et de ce fait la relation conjugale est satisfaisante.

Attachement insécure chez les deux partenaires

Chez les couples insécures, et plus particulièrement quand l’un ou les deux partenaires sont ambivalents (modèle interne opérant enchevêtré), les conflits se basent sur la coercition. La négociation est inexistante et les interactions sont destructives.

Quand les deux partenaires sont insécures et que l’un des deux est évitant (modèle interne opérant détaché), ce dernier évitera le conflit ce qui peut garantir la stabilité du couple malgré une profonde insatisfaction.

Ainsi, un style d’attachement insécure chez les deux partenaires rend la communication et la régulation affective difficile ; le sentiment d’insatisfaction qui en découle renforcera les modèles insécures relatifs à Soi et à l’Autre.

Attachement sécure chez l’un et attachement insécure chez l’autre

Lorsque l’un des deux partenaires a un type d’attachement sécure la relation en résulte satisfaisante pour les deux ; en effet, le sujet sécure, grâce à sa flexibilité, s’adaptera aux attentes de l’autre qui, à son tour, pourra être influencé à modifier ses patterns de insécure à sécure.

Cependant dans le cas où le partenaire insécure aurait des réactions exagérément imprévisibles, le partenaire sécure pourrait basculer vers une modalité insécure d’attachement.

 

Il est à noter que les modèles internes peuvent se modifier. Par exemple, un partenaire sécure pourrait avoir la fonction de base sécure pour sa partenaire et contribuer ainsi à la transformation de ses modèles internes opérants désorganisés.

………………………………………………………….

Source : Attachement et théorie de l’esprit de Grazia Attili (éditions Fabert – 2013)

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*