5 manières de désamorcer les rapports de force et les jeux de pouvoir (couple, famille, travail…)

rapports de force

5 manières de désamorcer les rapports de force et les jeux de pouvoir (couple, famille, travail…)

Je vous propose 5 manières de désamorcer les rapports de force dans les relations (couple, famille, travail…) grâce à la Communication NonViolente.

1.L’écoute de l’autre

Face à un jugement, une critique, un reproche, nous pouvons prendre conscience que ces jugements/ critiques/ reproches sont une façon tragique pour l’autre de demander de l’écoute pour ce qu’il vit, ce qu’il ressent et pour ce dont il a besoin.

Cette écoute de l’autre ne peut émerger que quand nous avons suffisamment d’espace et de sérénité en nous pour accueillir ce que l’autre vit sans nous sentir attaqué personnellement.

Cette écoute de l’autre peut passer par le processus OSBD de la Communication NonViolente (Observation, Sentiment, Besoin, Demande).

processus communication non violente

Le processus OSBD a pour but une clarification interne pour une relecture de ce que l’autre dit : Quand tu dis cela, est-ce que tu te sens.. parce que tu as besoin de… ?

2.L’expression en langage personnel (message Je)

Face à un jugement, une critique, un reproche, nous pouvons choisir de dire à l’autre comment nous nous sentons quand nous recevons son message  puis de lui poser une question dans l’objectif de créer un pont sans chercher à prendre le pouvoir.

Cette expression authentique ne peut émerger que quand nous sommes au clair avec ce qui se passe en nous (nos valeurs, nos aspirations). Là encore, le processus OSBD peut servir de guide pour une clarification interne des émotions qui nous traversent en lien avec des besoins insatisfaits et des valeurs qui nous sont chères.

L’expression en langage personnel sert l’intention de connexion et permet d’instaurer une interaction empathique : Quand tu dis ça, je me sens… parce que j’ai besoin de… Qu’est-ce que ça te fait quand je te dis ça ?

Le processus OSBD n’a pas pour vocation d’être exprimé tel quel à l’interlocuteur mais peut servir d’appui pour s’exprimer dans un langage personnel, authentique, vulnérable sans rapport de force ni jeu de pouvoir.

Pour aller plus loin : Les deux langues girafe en Communication Non Violente (ou pourquoi la CNV paraît parfois artificielle et non naturelle)

3.L’auto empathie

Face à un jugement, une critique, un reproche, nous pouvons choisir d’écouter avec empathie nos propres jugements/ critiques/ reproches qui émergent en réaction “épidermique” (que ces jugements soient sur les autres -> “il est gonflé/elle est égoïste” ou sur nous-même : “Je suis nul/ c’est ma faute”).

L’auto empathie passe par un temps de silence, d’introspection qui prend du temps, de recueillement pour entrer en contact avec ce qui est important pour nous (et sûrement difficile à avouer). Il est possible de demander un temps de pause à l’autre pour avoir le temps et l’espace de pratiquer l’auto empathie.

L’auto empathie consiste à reformuler nos jugements en émotions et en besoins pour les reconnaître, les accueillir et les valider avec un grand oui : “oui, c’est vrai, je ressens de la tristesse et de la colère parce que j’aurais eu besoin de soutien, d’empathie et de respect pour trouver du sens à cette relation/ Je suis tellement déçu parce que j’ai l’impression d’être incompris là où j’aurais tellement eu besoin de compréhension/ Je suis découragée et j’ai du mal à retenir mes larmes, je ne peux pas donner le meilleur de moi-même dans ces conditions”.

Grâce à ce processus d’auto empathie, nous nous rendrons compte que nos propres jugements parlent de nos valeurs profondes, de ce qui est réellement important pour nous. Cela donne alors une direction pleine de sens à ce que nous avons envie de vivre dans nos relations.

L’auto empathie ouvre la voie à l’écoute de l’autre ou à l’expression en langage personnel, selon ce que la situation appelle et ce que nous pouvons donner (l’écoute de l’autre demandant plus d’énergie et de disponibilité).

4.Le soutien social

Quand nous n’arrivons pas à écouter l’autre, à nous exprimer en langage personnel ou à faire une pause pour un temps d’auto empathie et que l’autre n’y arrive pas non plus, nous pouvons faire appel à une personne extérieure qui servira de médiateur.

Cette personne pourra nous aider à dénouer les émotions et les besoins des différents protagonistes et à formuler des demandes pour parvenir à une solution créative gagnant/ gagnant.

Ce médiateur peut être un professionnel (un thérapeute de couple par exemple) ou une personne de confiance.

5.La gratitude

La gratitude, c’est le fait d’arroser les fleurs relationnelles en “prévention”. Le processus de la Communication NonViolente indique trois composantes  pour exprimer de la reconnaissance efficacement :

  • les actes concrets qui ont contribué à notre bien-être,
  • les besoins que nous éprouvions et que ces actes ont satisfaits chez nous,
  • le sentiment de plaisir né de la satisfaction de ces besoins.

Dire « merci » en Communication NonViolente (CNV) suit ce processus : « Voici ce que tu as fait; voici ce que je ressens; voici le besoin qui chez moi a été satisfait ».

Ainsi, la CNV nous invite à passer des compliments à la gratitude qui vient de l’intérieur et à la reconnaissance authentique sans chercher à obtenir quoi que ce soit en retour.

……………………………………………………………

Pour aller plus loin : Être vraiment soi, aimer pleinement l’autre : La Communication NonViolente en couple et entre amis de Marshall Rosenberg (éditions Jouvence)

Vous aimerez aussi...

  • Jeu de 56 cartes pour pratiquer la Communication Non Violente au quotidien Présentation de l'éditeur Voici un coffret qui permet de comprendre, de façon ludique et profonde, seul ou à plusieurs, les principes de la Communication Non Violente (CNV) ! Les citations de ce jeu de 56 cartes, complété par…
  • La Communication Non Violente : s'embellir la vie dans la relation à soi et dans la relation aux autres Les jugements détériorent les relations En situation de stress, nous avons tendance à croire que nos émotions sont la faute de l'autre. Cela s'explique par le fait que notre cerveau reptilien…
  • Vivre heureux en couple Les émotions douloureuses dans le couple Thomas d'Ansembourg, thérapeute et formateur en Communication Non Violente, affirme que nous ne sommes pas en couple pour compenser nos misères mais partager notre joie. Selon lui, être en couple, c'est accepter de vivre des relations vraies quitte à ce…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*