Sensibilité élevée : prendre soin de soi commence par s’autoriser à se reposer

hypersensibilité repos

Sensibilité élevée : prendre soin de soi commence par s’autoriser à se reposer

Les caractéristiques de l’hypersensibilité

Dans son cahier d’activités des hypersensibles, Elaine Aron formule plusieurs suggestions pour aider les personnes avec une sensibilité élevée à se reposer. Elle rappelle que les personnes avec une sensibilité élevée ont besoin de plus de repos que d’autres.

Elaine Aron désigne les traits caractéristiques de l’hypersensibilité par 4 éléments :

  • traitement profond des informations
  • propension à être facilement sur stimulé
  • réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle
  • conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres

Le besoin impérieux de repos des personnes hypersensibles

Une personne avec une sensibilité élevée a un besoin vital de temps pour elle, pour permettre à ses nombreuses pensées de circuler librement en elle. Elle considère les problèmes plus globalement que ses camarades et ne prend que des risques calculés.

Par ailleurs, une personne hypersensible remarque plus de détails, auxquels elles associent des idées ou des souvenirs, ce qui explique la stimulation constante de leur réflexion et leur imagination débordante.

Une stimulation très forte ou prolongée provoque une saturation (trop d’informations à la fois qui mènent à une désorientation). La personne hypersensible se sent alors fatiguée, parfois découragée, et a besoin de se retrouver seule.

Une des conséquences de cette saturation peut être de l’agressivité et/ou un retrait (mutisme). La personne saturée ne sait pas pourquoi elle réagit de la sorte mais sait qu’elle a besoin de se retirer, de s’isoler pour se reposer.

S’autoriser à se reposer quand on a une sensibilité élevée

Les besoins de sommeil

Elaine Aron rappelle les besoins en sommeil des personnes avec une sensibilité élevée :

  • 8 à 10 heures au lit par jour, à dormir ou non, plus 2 heures supplémentaires de repos pour s’adonner à des activités calmes (contemplation, rêverie, méditation…) et éventuellement une heure d’exercice en extérieur (ne serait-ce qu’une ballade)
  • une journée par semaine à ne rien faire du tout
  • l’équivalent d’un mois de congé par an en étalant ces jours sur l’année
  • prendre du temps supplémentaire après une période éprouvante (ex : voyage avec décalage horaire, stress professionnel, présentation orale en public…)

Elaine Aron reconnaît qu’il n’est pas facile de dégager autant de temps pour le repos (surtout pour les jeunes parents). Pourtant, tendre vers ces objectifs est un facteur de mieux-être. Elle écrit que rien ne doit venir avant le sommeil pendant les vacances. Des bouchons d’oreille peuvent être laissés dans le sac pour pouvoir les sortir chaque fois que nécessaire.

Des activités qui participent au repos

Toutes les activités de bien-être sont bonnes à prendre (tant qu’elles ne sont pas subies, contraintes ou qu’elles ne visent pas à mieux supporter un quotidien ou des relations par définition insupportables en masquant le besoin de changement de vie). Cela peut passer par des temps en pleine conscience, par des temps de méditation formelle, par de temps de respiration abdominale à n’importe quel moment et n’importe où ou encore les massages.

Elaine Aron liste d’autres activités qui participent au repos et à éviter les états de surexcitation :

  • aménager l’intérieur de la maison de façon à ce qu’elle soit sécurisante et agréable (fleurs, bougies, matières naturelles, carrés de soi ou plaid en matière naturelle, rituel de thé…)
  • tenir un journal émotionnel/ intime ou un journal créatif
  • former ou rejoindre un groupe d’échange (réel ou virtuel) sur un ou des sujets importants nécessitant un soutien (comme la parentalité par exemple)
  • entretenir les relations d’amitié
  • avoir un en cas à portée de main du type noix, boîte de fromage blanc, oeuf dur ou encore barre protéinée
  • laisser à portée de main un livre, un magazine ou un journal intéressants
  • passer du temps en forêt, avec des animaux, près de l’eau et de la verdure
  • trouver une musique apaisante (ou des sons) et créer une playlist à passer quand le besoin s’en fait ressentir
  • remplacer les tissus et vêtements désagréables, serrées, irritants
  • se former à la Communication NonViolente ou à la médiation pour apprendre à s’affirmer sans s’imposer, à exprimer des limites personnelles, à dire non

…………………………
Source : Le cahier d’activités des hypersensibles de Elaine Aron (éditions Leduc S). Disponible en librairie, en centre culturel ou sur internet.

Commander Le cahier d’activités des hypersensibles sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Vous aimerez aussi...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*